La place des SUMPPS dans la santé étudiante

Contexte

À l'heure actuelle, les SUMPPS (Services Universitaires de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé) sont chargés de 6 missionsqui les placent en première ligne pour améliorer les conditions sanitaires des étudiants de l'Université. Ils participent à la mise en place du programme régional pour l'accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies. Dans l'esprit, les S(I)UMPPS devraient donc porter un projet sur la santé d'un public particulier, les étudiants, à l'échelle régionale. Or, nous sommes face à un double constat alarmant.

D'une part, ces services sont universitaires, et leurs compétences se limitent aux étudiants de l'Université. Or, 38 % des étudiants relèvent d'autres formations de l'Enseignement Supérieur(STS, CPGE, Ingénieurs, écoles diverses, filières sanitaires et sociales...). Il est donc nécessaire d'évoluer afin que tous les étudiants puissent bénéficier d'un véritable interlocuteur sur les questions de santé.

D'autre part, sur leur champ d'action propre, les SUMPPS n'assurent pas pleinement les missions que leur confie le décret de 2008, encore moins si l'on considère les conditions de mise en œuvre. Ainsi, ces services doivent :

  • Assurer un examen préventif systématique au cours des trois premières années dans l'enseignement supérieur ;
  • Assurer la veille sanitaire ;
  • Mettre en place la visite médicale pour tous les étudiants exposés à des risques sanitaires particuliers durant leur cursus ;
  • Contribuer au dispositif d'accompagnement et d'intégration des étudiants handicapés ;
  • Participer aux instances d'hygiène et de sécurité? ;
  • Impulser la coordination des programmes d'éducation à la santé.

Ce que la FAGE propose

La FAGE préconise de faire évoluer les SUMPPS en centre de santé et en créant un véritable guichet unique pour répondre aux besoins sanitaires de tous les étudiants au sein des CROUS.

Les CROUS assument une mission sociale auprès des étudiants et tous leurs services aux étudiants en sont fortement imprégnés. Le réseau des œuvres doit rester le guichet unique de l'accompagnement sociale et redevenir celui de la prise en charge sanitaire de tous les étudiants. En effet, la séparation actuelle du pôle social (CROUS) et sanitaire (Université), et très souvent l'absence de communication entre les deux, ne permet pas d'obtenir une synergie des compétences et des moyens, pourtant nécessaire pour répondre au mieux aux besoins de l'étudiant. Le regroupement du pôle social et du pôle sanitaire au sein du CROUS permettra également d'offrir un véritable relais pour l'information aux droits à la santé.

La mission préventive universitaire s'inscrit dans la vie étudiante globale, de ce fait elle dispose de missions élargies qui vont au-delà de la formulation stricto sensu de « messages de prévention ». Les offres de consultations généralistes et spécialisées adossées aux traditionnelles missions d'éducation à la santé, aux dépistages ou encore à la visite médicale obligatoire de première année, renforcent le SUMPPS en Centre de Santé par son attractivité, ses moyens et son rôle auprès des étudiants de manière salutaire tant le besoin est grand. Ces centres de santé doivent être le guichet unique de la santé des étudiants, porte d'entrée vers un accès pluridisciplinaire cohérent. La création de centres de santé au sein du réseau des œuvres demandes des moyens humaines et financiers supplémentaires c'est pourquoi il est nécessaire d'investir dans les centres de santé universitaires.

En bref

  • L'évolution des SUMPPS en centres de santé pluridisciplinaires.
  • Le CROUS guichet unique des besoins sanitaires et sociaux de l'ensemble des étudiants.
Haut de page