Quand les préjugés impactent les pratiques d'orientation des élèves

01/02/17

L’autocensure, le manque d’information des jeunes et des familles, le processus d’orientation avec des choix moins ambitieux pour les élèves d’origines modestes,… les facteurs sont multiples pour expliquer les inégalités d’orientation qui se fabriquent tout au long de la scolarité. Consciente que l’orientation joue un rôle déterminant dans l’accès, l’égalité et la réussite des étudiants, La FAGE a décidé d’agir à travers le projet What’s the fac ?!

Les inégalités sociales d’orientation se cumulent avec celles des résultats scolaires

Alors que les inscriptions sur le portail Admission post-bac (APB 2017)1 sont ouvertes depuis le 20 janvier 2017, le nouveau rapport PISA de l’OCDE2 et le dernier rapport du Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO)3 rappellent que les inégalités conditionnées par le milieu social persistent et se renforcent en France, tant dans les choix d’orientation que dans la poursuite des cursus.

Déjà identifiées en 1970 dans les travaux de Pierre Bourdieu4, l’injustice scolaire et la reproduction sociale par l’école n’ont cessé de s’intensifier en France. Les résultats des enquêtes précitées révèlent que d’élève moyen dans les années 2000, la France se place désormais en toute fin du classement des pays de l’OCDE pour les inégalités à l’école.

Dans son rapport 2015, la division des études du ministère de l’éducation nationale (DEPP) relève que la probabilité d’accéder à une seconde générale ou technologique est deux fois plus importante pour un élève issu de milieu favorisé que pour un élève issu de milieu défavorisé5.

Pour la sociologue Agnès van Zanten, directrice de recherches au CNRS et spécialiste des politiques éducatives6, le manque de conseillers d’orientation psychologues dans les territoires et la fermeture de certains centres d’information et d’orientation (CIO) viennent également renforcer les inégalités scolaires : « Depuis les années 2000, le choix politique a été fait de ne pas renouveler numériquement les conseillers d’orientation psychologues (COP). Ces derniers ne sont donc pas assez nombreux sur le terrain, travaillent sur plusieurs établissements et ont très peu de temps à accorder aux élèves. La mission d’orientation finit souvent par retomber sur des enseignants qui n’y sont pas préparés7 ».

C’est pour tenter de répondre à cet enjeu de société que la FAGE et son réseau ont conçu un projet d’innovation sociale dédié à l’orientation des jeunes. En s’appuyant sur les acteurs de l’orientation, le projet What’s the fac ?! souhaite démystifier le regard que les jeunes peuvent porter sur l’enseignement supérieur à travers des interventions en classe de 4e, 3e et 2nd ainsi que dans les structures socio-éducatives locales : lieux d’information jeunesse, maisons des jeunes et de la culture, maisons de quartier,…

Par ailleurs, l’un des enjeux du projet de What the fac est la réduction de la fracture entre le secondaire et le supérieur, en effet, la différence fondamental entre le fonctionnement du lycée et le milieu universitaire et souvent cause de décrochage ou d’échec. Ainsi, à travers What the fac ?! les associations étudiantes oeuvre pour informer au mieux les différents dispositifs d’aides sociales ou encore sur le fonctionnement de la procédure APB. Enfin, de nombreuses actions de tutorat par les pairs sont mises en oeuvre sur les campus afin que les étudiants puissent bénéficier d’un accompagnement personnalisé lors de leur arrivée à l’Université.

What’s the FAC ?! : une pédagogie centrée sur la collaboration et la participation

Loin d’imposer un seul modèle d’atelier, l’idée de ce projet est au contraire de diversifier l’architecture des débats et de s’adapter au public rencontré (collégiens, lycéens, parents,…). L’intervention des étudiants peut ainsi prendre la forme d’un débat mouvant, d’une projection de courts métrages ou d’ateliers en petits groupes. Les thèmes proposés aux élèves ont été conçus afin qu’ils soient à la fois simples tout en suscitant des réponses variées. A titre d’exemple, l’animateur pourra demander aux élèves de réagir à des affirmations telles que: « Aller à l’Université, ça coûte cher » ; « Pour rentrer à l’Université il y a un concours » ; « La FAC on s’y rend uniquement pour aller en cours » ou encore « Sage-femme pour les filles et mécanique pour les garçons ».

Notre démarche est d’accompagner un cheminement de pensée et de prise de conscience chez l’élève qui l’amènera à s’interroger et à se positionner plutôt que de définir au préalable « ce qui est pour lui » ou « ce qui n’est pas pour lui ». Les interventions sont donc pensées à travers des outils et des techniques pédagogiques qui ne renforcent pas les inégalités mais qui permettent justement de lutter contre celles-ci.

L’intervention par les pairs permet la construction d’une dynamique relationnelle qui s’éloigne de l’intervention professionnelle habituelle. C’est la base du projet What’s the FAC ?! et sa plus-value par rapport aux autres dispositifs existants sur l’ensemble des territoires.

La démarche d’éducation populaire, en tant que moyen de mieux comprendre et de mieux contrôler les forces personnelles, sociales, économiques et politiques qui déterminent notre qualité de vie, est au cœur de l’activité associative et constitue une constante fondatrice du réseau de la FAGE.

Sources

1 Le portail APB permet chaque année à près de 800 000 élèves de faire leurs vœux d’études dans le supérieur.

2 Lancement du nouveau rapport PISA le mercredi 10 février 2016 sur http://www.oecd.org/fr.

3 Ce rapport intitulé “Comment l’école amplifie-t-elle les inégalités sociales et migratoires? » a été publié en septembre 2016 sur http://www.cnesco.fr/fr/inegalites-sociales/

4 Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron « La Reproduction. Éléments pour une théorie du système d'enseignement », 1970.

5 A notes égales obtenues au contrôle continu en français et en mathématiques, résultats d’une note de la DEPP (division des études du ministère de l’éducation nationale) sur la réussite au brevet 2015.

6 Dernier ouvrage paru : « Les 100 mots de l'éducation », (Presses Universitaires de France, 2015)

« Les conseils d’orientation donnés aux élèves varient selon leur milieu », entretien publié sur lemonde.fr le 20 janvier 2017.