Le blog de la Présidente de la FAGE

Régulièrement, la Présidente de la FAGE Orlane François propose une tribune sur des sujets liés à l'enseignement supérieur et la recherche, à la jeunesse ou à la société.

Vous pouvez également y retrouver les articles et Jimmy Losfeld, Président de la FAGE de 2016 à 2018 ainsi que d'Alexandre Leroy, Président de la FAGE de 2014 à septembre 2016.

31/10/18

Brésil : non, le populisme n’est pas la solution !

Ce dimanche 29 octobre, à l’issue du second tour de l’élection présidentielle brésilienne, fut annoncée la victoire de Jair BOLSONARO, candidat de l’extrême droite nostalgique de la dictature militaire et de ses méthodes violentes. Cette élection annonce un avenir incertain pour la population brésilienne, mettant en danger la démocratie du pays.

“Grosse gouine”, “Plutôt que mon fils meure plutôt qu’il soit homosexuel”, “Mes fils sont bien élevés, ils ne se marieront pas avec une noire” des phrases qui donnent le ton du mandat, qui montre toute la misogynie, le racisme, l’homophobie, la xénophobie, en un seul mot : la haine dont cet homme est capable.

Malgré une mobilisation de la population, notamment de sa jeunesse lors de sa montée rapide dans les sondages, cela n’a pas permis de contrer sa victoire. Les causes de celle-ci sont multiples : les déceptions des gouvernements précédents, la criminalité, la corruption... La colère est devenue catalyseur de la haine, haine qui a porté ce candidat à la présidence de la République fédérative du Brésil.

Pourtant, en tant que présidente d’une organisation de jeunes qui prône la lutte contre l’obscurantisme, pour l’ouverture d’esprit et l’émancipation, je ne peux m’y résoudre.

Ce président fait craindre la mise en danger des droits fondamentaux des personnes, la mise en danger de leur vie, de leur liberté. Pourtant, en tant que présidente d’une organisation de jeunes qui prône la lutte contre l’obscurantisme, pour l’ouverture d’esprit et l’émancipation, je ne peux m’y résoudre. Ce n’est pas en faisant peur que nous améliorerons la situation des plus précaires. Ce n’est pas en excluant que la société sera prospère.

Cet accès au pouvoir des populistes n’est pas récent : M. Trump aux Etats-Unis, M. Poutine en Russie, M. Orban en Hongrie, M. Erdogan en Turquie, M. Duda en Pologne ou encore récemment M. Salvini en Italie, tous portent une politique anti-immigration, une politique qui discrimine les personnes pour leur orientation sexuelle, leur genre, leur origine, leur couleur, leur religion. Autant de différences dont on croyait qu’elles ne justifieraient plus aucune stigmatisation à un tel niveau de l’Etat.

L’organisation de jeunes qu’est la FAGE porte en elle la volonté d’espérer et la force de convaincre. Espérer la transformation sociale pour l’inclusion de toutes et tous. Convaincre par une action quotidienne, militante, ouverte sur l’autre. A l’aune des élections européennes, nous devons tous lutter contre ceux qui mettent en danger la démocratie en les battant à leur propre jeu. Parce qu’ils dénigrent la démocratie et ce qu’elle représente, nous serons là pour leur montrer qu’elle est encore vivante, forte et qu’une force de conviction vaut mieux que la tyrannie de la peur. Sensibiliser, écouter, porter des positions ambitieuses mais réalistes, c’est ce que la FAGE fera tout au long de cette année d’élection pour prouver que la démocratie est encore vigoureuse et encore pertinente dans notre société, à condition de toujours se questionner et s’améliorer.

Il est du devoir de chacun, organisations françaises, européennes ou mondiales, citoyens du monde, qui partagent des valeurs républicaines et d’humanisme et de soutenir la population brésilienne pour défendre à leurs côtés la liberté de toutes et tous.

Orlane François, Présidente de la FAGE

"We are not now that strength which in old days

Moved earth and heaven, that which we are, we are,

One equal temper of heroic hearts,

Made weak by time and fate, but strong in will

To strive, to seek, to find, and not to yield.”

Ulysses, A. Tennyson