Le blog de la Présidente de la FAGE

Régulièrement, la Présidente de la FAGE Orlane François propose une tribune sur des sujets liés à l'enseignement supérieur et la recherche, à la jeunesse ou à la société.

Vous pouvez également y retrouver les articles et Jimmy Losfeld, Président de la FAGE de 2016 à 2018 ainsi que d'Alexandre Leroy, Président de la FAGE de 2014 à septembre 2016.

07/01/2017

Rétrospective 2016 : Retour sur une année riche en victoires !

Cette nouvelle année commence, l'occasion pour moi de dresser un bilan de l'action de la FAGE et de revenir sur les temps forts de 2016.
Année difficile mais historique pour notre organisation, 2016 fut une année intense mais aussi une année riche. Nous avons eu l’occasion de mettre en place de nouveaux projets innovants mais aussi de mettre à jour certaines de nos revendications politiques en amont des échéances électorales de 2017. Mais surtout nous avons remporté de grandes victoires pour les jeunes et pour les étudiants.

Une année de victoires historiques, la reconnaissance de la méthode du dialogue et du militantisme de terrain.

S’il y a une réforme qui a profondément marqué l'année 2016, c’est sans nul doute celle de la loi El-Khomri. Si les ambitions initiales du texte proposé par le gouvernement n'avaient pas vocation à impliquer directement la jeunesse, son intérêt pour la question de l'accès à l'emploi s'est pourtant vite fait sentir. Nous nous sommes opposés avec la quasi totalité des partenaires sociaux à la première version du texte de loi, très choc et comportant des mesures inacceptables notamment sur le travail des apprentis mineurs. Lorsque nous avons rencontré le Premier Ministre, la Ministre du Travail et le Ministre de l'Economie, lors des consultations, nous leur avons fait état, de concert avec la plateforme commune de propositions signée par les organisations réformistes, des dispositions à retirer au préalable de toute négociation avant de mettre sur la table nos propositions. Nous exigions alors qu'un message fort soit envoyé à la jeunesse. Nous réfutons à la FAGE l'expression "génération sacrifiée" et, à ce moment, les jeunes attendaient du gouvernement un véritable signal pour donner corps à la priorité jeunesse du gouvernement. Sur les questions d'emploi, de protection sociale, de santé ou de logement, nous avons été entendus, et la mesure phare obtenue par la négociation est sans nul doute l'universalisation de la Garantie Jeunes : elle sera tout d’abord généralisée sur tout le territoire, puis les jeunes NEETs pourront, s'ils le souhaitent, en bénéficier. Un vrai parcours d'accompagnement de retour à la formation et à l'emploi, appuyé d'une aide financière, concrétisant un filet de sécurité pour les jeunes décrocheurs et un espoir pour les 2 millions de NEETs en France qui ne demandent qu'à retrouver le chemin de l'emploi. Ce nouveau droit pour les jeunes est une vraie révolution et je déplore cette “foire à la démagogie” qui s'est déroulée tout le long de l'épisode loi travail, où la désinformation et parfois les petites combines ont miné les avancées et les progrès sociaux qu'instaure cette loi. 

L'action qu'a eue la FAGE pendant ces négociations, nous en sommes fiers, car c'est une victoire concrète pour les jeunes, mais c'est aussi la victoire du dialogue et de la concertation, la victoire des propositions de fond sur les propositions de forme. Tout n'est pas terminé, et en réalité le travail ne fait que commencer, il faudra accompagner les missions locales dans cette montée en puissance du dispositif et garantir son efficacité.

Retour sur : Loi Travail : un nouveau texte reprenant largement les propositions de la FAGE 

Mais la FAGE ne s’est pas contentée d’agir sur la question de l’emploi des jeunes, elle a également accompagné les discussions, les consultations et la construction d’un autre texte de loi majeur de 2016 : la Loi Egalité et Citoyenneté. Dernier grand texte de loi du quinquennat de François Hollande, la Loi Egalité et Citoyenneté avait pour ambition d’être un véritable texte de progrès social et l’acte final de la priorité jeunesse. Forte de son expérience et de sa légitimité sur les questions d’engagement et citoyenneté, la FAGE a à la fois su s’opposer (service civique obligatoire, extension du dispositif “meilleurs bacheliers”) et proposer (reconnaissance de l’engagement étudiant, élargissement des CESER aux associations de jeunesse). Si la loi ne saurait combler toutes les lacunes du bilan d’une priorité jeunesse en demi-teinte, nous sommes fiers d’avoir contribué à placer l’engagement, l’égalité et la citoyenneté au centre des priorités politiques.

Retour sur : Egalité et Citoyenneté : l'acte final de la Priorité Jeunesse 

Sur le volet académique, l'année 2016 s'est achevée sur le vote par l'assemblée nationale, de la réforme tant attendue du Master. Cette réforme, nous la réclamons depuis plus de deux ans. Nous étions la seule organisation à revendiquer la construction du cycle Master comme un ensemble de quatre semestres cohérent garantissant une spécialisation progressive en deux ans. L'impératif était de mettre fin à cette sélection incohérente et néfaste entre les deux années du cycle, qui dénaturait totalement l'ambition donnée au Master. De plus, il était nécessaire de faire face simultanément à un enjeu de démocratisation de l'enseignement supérieur, que nous appelons de nos vœux, et au principe de réalité imposé par les capacités pédagogiques des différents Master. 

Au final, la FAGE est entendue et les étudiants obtiennent la création d’un droit de poursuite d'étude, garantissant à n'importe quel titulaire du diplôme national de Licence, de pouvoir poursuivre dans un Master cohérent avec sa discipline d'origine et en phase avec ses aspirations professionnelles. 

Je récuse l'idée véhiculée par la plupart des médias de dire que cette réforme instaure la sélection à l'entrée du Master. Cela aurait été le cas sans la création de ce droit à la poursuite d'étude. La sélection, c'est l'exclusion, c'est laisser sur le bas-côté des jeunes qui ont un projet professionnel cohérent et construit. C'est accepter une forme de fatalisme et l'idée fausse que seule la "Méritocratie Républicaine" est garante de notre capacité à acquérir des diplômes, occultant tous les facteurs extérieurs qui façonnent la vie d'un étudiant et affectent ses résultats, occultant les facteurs à l'origine des inégalités réelles. Au final, la philosophie politique de la réforme est la bonne, elle concrétise l'ambition de démocratisation des études supérieures tout en étant pragmatique. Si la FAGE se réjouit d'avoir su peser de tout son poids sur cette réforme, nous restons néanmoins vigilants quant à la concrétisation de ce nouveau droit à la poursuite d'étude qui ne pourra être que lorsqu'une plateforme numérique centralisera la gestion des candidatures dans tous les Master, devenant alors un véritable outil de simplification des démarches, tant des étudiants candidats que des jurys pédagogiques. Ce point technique, s'il est primordial, sera difficilement réalisé pour la rentrée 2017, mais tous les ingrédients sont là pour qu'à la rentrée suivante il aboutisse.

Retour sur : Réforme Master : la garantie de poursuite d'étude, une victoire par le dialogue, pour les étudiants !

Le 16 octobre 2015, la FAGE a montré sa capacité de mobilisation et la diversité des formes qu’une mobilisation pouvait prendre. Du “café des élus” à l’atelier citoyen en passant par rejoindre le cortège national prévu, nous avons été l’organisation la plus mobilisée pour demander un investissement d’ampleur dans notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Dans un contexte d’augmentation démographique, de diversification des profils étudiants, d’évolution des activités et de retours en formation, les besoins et enjeux sont criants ! Pour atteindre les objectifs fixés par la STRANES, les besoins sont estimés à 11,5 milliards d’euros supplémentaires par an d’ici les 10 prochaines années. Pragmatique, la FAGE revendique une logique de développement pluriannuel et demandait une augmentation d’un milliard par an. A force de négociations à différents niveaux, le projet de loi de finances consacre une augmentation historique du budget à hauteur de 850 millions d’euros pour l’an prochain. C’est une première étape pour atteindre cet objectif !

Retour sur : PLF 2017 : Un effort historique pour l'enseignement supérieur et la recherche mais encore insuffisant

La dernière grande victoire de l'année 2016 n'est pas des moindre puisqu'il s'agit de la concrétisation d'une revendication de plus de 10 ans : l'alignement des bourses des étudiants en formation sanitaires et sociales sur les bourses du CROUS ! En effet, ces étudiants ont la particularité de voir la gestion de leur formation déléguée aux Régions, chargées également de leurs aides sociales. Ces dernières étant établies sur des montants et des assiettes inférieurs à ceux des CROUS, les plus de 100 000 étudiants concernés se retrouvaient depuis des années dans une situation de ségrégation sociale inacceptable. Même si c’est une grande avancée pour ces formations, il reste encore du travail pour atteindre une égalité totale des droits par rapport aux autres étudiants, et nous continuerons de militer pour l’intégration universitaire de ces formations.

Par la ténacité de nos fédérations, la solidarité et l'engagement du réseau de la FAGE, nous avons pu mettre un terme à cette ségrégation sociale en alignant les montants des bourses. Une victoire historiques pour la FAGE et ses fédérations ! Nous avions fait de cette problématique une priorité politique à mettre en avant dans le cadre de l'élection présidentielle -tant le ras-le-bol des étudiants FSS était grand et justifié- notamment lors de la conférence de presse qui a suivi l'élection du bureau national de la FAGE, où j'interpellais les pouvoirs publics de la nécessité d'agir et de combattre le statu quo. C'est une immense victoire collective pour notre réseau, qui a mobilisé toutes nos fédérations territoriales et disciplinaires, et qui montre la force du projet commun de la FAGE et son action en faveur de la justice sociale.

Retour sur : #FSSinprogress : Une victoire pour de nouveaux droits

Un changement de dimension politique,la FAGE, Première organisation étudiante de France

En parallèle à l'épisode de la loi Travail se déroulaient les élections étudiantes dans les Universités, tout au long du premier semestre de 2016. Après plusieurs mois de militantisme sur les campus, à mettre en capacité les étudiants de se saisir de leurs droits citoyens et académiques, à présenter le projet de la FAGE, pendant une période rarement aussi médiatique pour les organisations étudiantes, la FAGE a remporté la majorité des scrutins. C'est près de 43% des voix, soit 183 000 étudiants qui ont accordé leur confiance à la FAGE pour ses actions et son projet. Un véritable succès qui donne raison à la ligne réformiste de la FAGE, à sa modernité et sa capacité à répondre aux besoins des étudiants en proposant des solutions concrètes aux problématiques. Le projet collectif de la FAGE, regroupant plus de 50 fédérations territoriales et disciplinaires, a su convaincre les étudiants du bien fondé de nos actions. Quelques mois plus tard, en novembre, se sont déroulées les élections CROUS pendant deux semaines. De nouveau, triomphe de notre organisation où pour la première fois de notre histoire nous devenons alors première organisation étudiante, à la fois dans les Universités et dans les CROUS, les urnes ayant parlé d’une voix en faveur du pragmatisme, du militantisme de proximité et une vision moderne de l'engagement de la jeunesse et des étudiants. Cette évolution ne s'est pas faite en un mandat, nos résultats ont commencé à nettement augmenter depuis 2008. Pour la FAGE, fédération étudiante résolument engagée, démocratique, écologiste et fraternelle, ces victoires électorales ne sont que le début du travail et d'une responsabilité plus grande que par le passé de représenter la jeunesse et les étudiants, de manière indépendante et juste, avec notre vision et le programme validé par la confiance des étudiants. 

Retour sur : 

Mais la FAGE, bien plus qu’une organisation représentative, mène de front des projets, des actions d’innovation sociale et d’économie sociale et solidaire. L'AGORAé, action d'économie sociale et solidaire de la FAGE a eu l'honneur cette année d'être reconnue et saluée par l’obtention du prestigieux label "La France S'Engage". Initié par le président de la République, ce label récompense les projets les plus innovants au service de la société. Éducation, culture, solidarité, écologie, santé, citoyenneté, tous les défis auxquels nous sommes confrontés appellent des réponses innovantes et originales. On ne pouvait trouver plus belle récompense l'année des 5 ans de notre projet ! Aujourd'hui ce sont plus de 14 Agoraé ouvertes en France sur les campus par nos fédérations. La dernière fut inaugurée en marge du Congrès de Paris par l'AGEP près de l'Université Paris Diderot . Cette reconnaissance est d'autant plus importante pour nous, car en plus de nous permettre de développer encore plus le projet, ce dernier est un concentré de ce qu'est l'ADN de la FAGE. Il illustre la capacité à revendiquer d'un côté, avec notre main "syndicale", une réforme des aides sociales pour une Aide Globale d'Indépendance, et avec notre main "innovation sociale" ne pas attendre la concrétisation de nos revendications sans pour autant arrêter de militer, et mettre en place concrètement des solutions de terrain pour lutter contre la précarité, en mettant les mains dans le cambouis pour agir concrètement dans l'intérêt des étudiants.

Retour sur : Le réseau AGORAé est lauréat de La France S'Engage

L’innovation sociale, les projets et l’économie sociale et solidaire, coeur de réacteur de la FAGE

2016, c’est l’année de la réalisation de nos États Généraux autour du thème de la Démocratisation de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. Nos fédérations ont pu se saisir et échanger sur différentes thématiques et parler réforme du lycée, financement de nos établissements d'ESR ou encore des liens nécessaires entre les mondes académiques et socio-économique. Les événements organisés dans le cadre de ces états généraux ont permis aux jeunes de débattre et de rencontrer les représentants des institutions, des organismes ou conférences d’établissements et les décideurs publics. A l’issue du processus de dialogue structuré, les réflexions et les débats collectifs ont permis d’aboutir à un corpus de positions suivant lequel une contribution globale sur la démocratisation de l’ESR a été publiée. Suppression des épreuves terminales du BAC, renforcement de la responsabilité sociale et sociétale de nos Universités ou encore promotion des espaces de perméabilité entre le monde socio-économique et nos établissements de formation, ces positions sont le fruit de plus de 6 mois de réflexion intense de tout le réseau de la FAGE et serviront de base de discussion avec les différents candidats à l'élection présidentielle de mai 2017.

Retour sur : La FAGE lance ses Etats Généraux de la Démocratisation de l'Enseignement Supérieur

L’année passée a aussi été l’année qui a dévoilé les ambitions de la FAGE sur le développement durable. La FAGE était présente à la COP21 et la COP22 afin de présenter nos actions et de rencontrer les acteurs de la société civile mondiale et les états signataires de l'accord de Paris, engagés sur cette thématique.
En tant que fédération, la FAGE a pour vocation de mettre en capacité ses membres de pouvoir se saisir d'outils concrets pour prendre conscience de l'importance du sujet, mais également pour lutter durablement contre le réchauffement climatique. Ainsi, 2016 a été l'occasion pour nous de dévoiler notre guide technique sur le développement durable mais aussi Ccloé, le calculateur carbone libre des associations étudiantes. Ce calculateur permet à nos 2000 associations membres de dresser chaque année leur bilan carbone et de mettre en exergue des solutions responsables pour réduire leur impact sur l’environnement. Un outil ergonomique et intuitif, comportant une boite à outil pour concrétiser ces actions, qui sera accessible à toutes les associations à la fin du mois.
Ce projet, labellisé COP21, s'inscrit dans la démarche volontariste de la FAGE pour une véritable prise de conscience de la nécessité de raisonner “développement durable” dans notre société. Les jeunes y sont réceptifs et ont cette volonté d'agir. La jeunesse n'est pas résignée sur l'avenir : elle souhaite agir, elle veut assumer sa responsabilité. Les jeunes constituent l'avenir de notre société et l’avenir se construit dès aujourd’hui.

Cet engagement du réseau de la FAGE sur les questions de développement durable s’est également caractérisé par la mise en place de la charte des associations engagées dans le développement durable qui a été signée par plus de 100 associations et fédérations.

Retour sur : 

Perspectives 2017 et priorités.

C'est donc une année riche en mobilisations et en victoires qui s'achève, une année mouvementée néanmoins, dans un contexte difficile. Les grands défis sont devant nous. La question du logement des jeunes et des étudiants doit être une priorité pour notre nation, étant à la fois la première source de dépense dans leurs budgets mais aussi un des principaux vecteurs d'autonomie et d'émancipation. L'emploi des jeunes et la lutte contre leur 25% de taux chômage doit aussi devenir la priorité, c'est la raison pour laquelle la FAGE contribuera sur cette question cruciale et proposera des solutions concrètes pour favoriser l'accès à l'emploi et l'insertion professionnelle des jeunes. L'élection présidentielle sera le temps fort qui va rythmer l’actualité des prochains mois de notre pays. La FAGE, notamment au travers du collectif des Places de la République, entend bien assumer sa responsabilité en saisissant les différents candidats pour faire de la jeunesse et de l'éducation une priorité et un thème fort de la campagne, mais aussi pour réconcilier la jeunesse et le politique.

A l’heure où les discours politiques sont inaudibles pour les jeunes, les grands défis sont devant nous, et la FAGE, première organisation étudiante de France et principale organisation de jeunesse, entend bien s'engager dans les débats qui s'annoncent pour que la voix de la jeunesse de France soit entendue.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies