L'accès au logement des jeunes

Le logement conditionne aujourd’hui, pour de nombreux jeunes, la capacité d’accès à la formation et à l’emploi. Cet état de fait est particulièrement visible sur les populations les plus précaires faisant ainsi de l’accès au logement autonome une réelle problématique de société sur laquelle nous devons collectivement agir. A l’heure des 25% de taux de chômage chez les jeunes et d’un taux d’effort1 de 47% en moyenne chez les étudiants2 il est urgent d’apporter des réponses.

Contexte

Depuis quelques années les politiques publiques tentent de répondre à la question du logement des jeunes par des mesures qui se veulent ambitieuses mais qu’il faut néanmoins relativiser. L’échec du Plan Anciaux qui promettait à l’horizon 2014 une augmentation nette du nombre de logements pour en réalité un taux d’effectivité de la réforme de 50%3 et l’insuffisance de l’impact du plan 40.000 logements lancé en 2014 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, démontrent que les mesures ambitieuses sont bien souvent rattrapées par les réalités concrètes.

Une grande part de la jeunesse est aujourd’hui dans l’incapacité d’accéder à l’émancipation de son foyer familial en raison des nombreuses barrières systémiques qui empêchent une autonomie réelle. L’augmentation constante du prix des loyers4 ne représente au final qu’un des multiples freins existants à l’accès au logement autonome. Cet état de fait couplé à l’insuffisance globale du nombre de logements sur le territoire démontre une problématique réelle qui nécessite une action publique de grande ampleur.

Malgré des incitations actives des pouvoirs publics, force est de constater l'inadaptation de la réponse au problème. L’accès au logement des jeunes est aujourd’hui toujours freiné par une offre incapable de répondre aux réels besoins et par une augmentation constante des frais inhérents au logement. Ces freins structurels et financiers sont aujourd’hui les premiers responsables d’une politique publique du logement qui s'essouffle et qui nécessite d’être réadaptée aux besoins individuels et territoriaux.

Ce que propose la FAGE

Faciliter d’accès au parc locatif

Le manque de logements pour les jeunes n'est finalement que le résultat plus général d'une pénurie de logements et à la sortie du plan 40.000 la réussite est relative. L’enjeu premier est donc de renforcer l’offre quantitative en lançant un plan d’ampleur de construction de 100.000 logements évalué annuellement sur son évolution et sur sa répartition territoriale. C’est également en renforçant la place du logement étudiant au sein des projets politiques territoriaux que nous parviendrons à assurer une offre cohérente et développée sur les territoires.

Lever les freins d’accès au logement autonome

Si les aides au logement ont été ouvertes progressivement aux jeunes et étudiants ces dernières années, elles ne permettent néanmoins pas toujours l’accès effectif au logement tant les freins d’accès sont nombreux. En effet, au-delà du coût du loyer, les dépôts de garantie et cautions sont souvent les premiers freins d'accès au logement.

Il est aujourd'hui urgent d’étendre le dispositif VISALE à tous les étudiants et tous les logements. Par ailleurs, la taxe d'habitation reste aujourd’hui une dépense souvent imprévue par les étudiants, ne pouvant la recouvrir correctement. La FAGE demande donc d’assurer une exonération de la Taxe d’habitation pour les étudiants et les jeunes sans formation et sans emploi pour déconstruire durablement les freins financiers d’accès au logement.

Agir sur les loyers

Un taux d’effort porté à 47%, une augmentation constante des loyers dans la plupart des agglomérations sur les 10 dernières années, il est urgent d’apporter des réponses concrètes à court terme sur la problématique des loyers. Au-delà de la réforme globale nécessaire des aides sociales que la FAGE demande au travers de l’Aide Globale d’Indépendance5, il apparaît nécessaire de généraliser sur l’intégralité des zones tendues l’encadrement des loyers ayant fait ses preuves à Paris depuis sa mise en place (En 2015, l’augmentation des loyers a été la plus faible constatée depuis 20016). Pour assurer enfin une politique locale efficace et une analyse locale précise, la FAGE demande la mise en place dans toutes les agglomérations, d’observatoires des loyers destinés à identifier les problématiques et apporter des réponses concrètes au plus près des besoins.

Assurer la mise en œuvre de réponses à court terme

Au-delà des réponses systémiques, il convient d'apporter des réponses à court terme. Faciliter la collocation en abaissant les barrières existantes, Renforcer l’accès des jeunes au parc social, Faciliter l’accès au logement pour les étudiants en mobilité (Stage, insertion professionnelle) ou encore favoriser la remise en location des logements vacants, la FAGE propose de nombreuses solutions pour faciliter à court terme l’accès au logement des jeunes et faire en sorte d’assurer à tous la capacité d’accès à l’autonomie et à l’émancipation.

En bref

                • Création et mise en œuvre d’un plan de construction de 100.000 Logements à destination des jeunes
                    • Mise en œuvre d’actions en direction du logement des jeunes dans les projets politiques locaux Renforcer la lisibilité et simplifier les critères d’attribution des logements sociaux
                    • Etendre le dispositif VISALE à tous les étudiants et tous les types de logement
            • Assurer l’exonération automatique de la taxe d’habitation pour les étudiants
        • Elargir l’encadrement des loyers aux agglomérations sous tension
    • Reformer les aides au logement en mettant en œuvre l’Aide Globale d’Indépendance
  • Faciliter l’accès à la colocation
  • Encourager le développement de l’intermédiation locative

Sources

1 Le taux d’effort représente la part du logement dans le budget mensuel d’un étudiant

2 Indicateur du Coût de la Rentrée 2017 - FAGE

3 Données du CNOUS, « suivi du plan Anciaux » - Rapport Annuel de la Cour des Comptes 2015

4 Indicateur du Coût de la Rentrée 2017 - FAGE

5 AGI - Aide Globale d'Indépendance -

6 Rapport de l’Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne