Passage Licence/Master : vers un dispositif Admission Post-Licence ?

21/05/14

Une situation imparfaite

Depuis la mise en place du processus de Bologne en France en 2002, la plupart des formations de l'enseignement supérieur sont organisées sur la base du LMD, c'est à dire en trois blocs successifs : la Licence (3 ans), le Master (2 ans) et le Doctorat (3 ans).


La logique de blocs induite par le LMD a ainsi nécessité une remise à plat de l'architecture des formations du supérieur, organisées jusqu'alors en DEUG (2 ans), Licence (1 an), Maitrise (1 an), DEA-DESS (2 ans) et Doctorat (3 ans).

Cependant, force est de constater que la transition n'a pas été complément achevée, en témoigne le maintien de la sélection entre la quatrième année (anciennement Maitrise) et la cinquième année (anciennement DEA ou DESS). Cette sélection devient obsolète après le passage au LMD, qui suppose 3 cycles d'enseignements distincts mais cohérents, sans processus de sélection en leur sein.

Pourtant, cette sélection perdure aujourd'hui, rendant inopérante la logique LMD. Maintenir une sélection entre la première année de Master (« M1 ») et la deuxième année de Master (« M2 ») n'a aujourd'hui plus de fondement pédagogique et s'avère être délétère pour les étudiants.

En effet, quid des étudiants ayant validé leur M1 mais qui sont refusé dans le M2 qu'ils souhaitaient ? La plupart du temps, les M2 sont liés au M1, c'est à dire qu'il est impossible de postuler à un M2 sans avoir fait le M1 correspondant. Ces étudiants là sont alors obligé de refaire une première année de Master, différente de celle qu'ils avaient déjà réalisé car il n'est logiquement pas possible de refaire une année déjà validé, pour ensuite retenter leur chance sur une autre deuxième année de Master.

Des pistes de solutions avancées

La médiatrice de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur a souligné cette anomalie dans son rapport annuel et note ainsi le nécessaire travail à mener afin de s'inscrire complètement dans une logique LMD, en supprimant la sélection entre le M1 et le M2.

La médiatrice se dit être très attachée, tant que la sélection entre le M1 et le M2 sera inscrite dans la réglementation, à une « meilleure information sur les critères de sélection des candidats à un M2 et à l'instauration d'un dispositif de type APB, au moins dans les formations les plus sélectives. »

D'autres voix, comme celle de Patrick Hetzel, ancien directeur général à l'enseignement supérieur et à l'insertion professionnelle (DGESIP), sont plus radicales, et demandent la mise en place d'une sélection à l'entrée du Master.

Si la position officielle du ministère est de refuser toute sélection à l'entrée du Master, aucune position sur la suppression de la sélection entre le M1 et le M2, ni quelle alternative proposer, n'a été annoncée. Il est pourtant nécessaire d'apporter une solution à ce problème.

La position de la FAGE : un système admission post-Licence

Dans une logique de semestrialisation du cursus de Master, La FAGE considère que la sélection à l'entrée en deuxième année de Master n'est plus envisageable. De même, dans la logique d'un diplôme de Licence préparant tout autant à l'insertion professionnelle directe qu'à la poursuite en second cycle universitaire, la mise en place d'une sélection à l'entrée du Master ne peut s'entendre en tant que telle.

La FAGE préconise que chaque titulaire d'une licence puisse avoir accès de droit à un master compatible de l'établissement. Par conséquent, pour chaque mention de master existante, une liste de mentions de licence compatibles, partageant les mêmes prérequis par exemple, doit être définie dans le dossier d'accréditation.

Il est en effet nécessaire de tendre vers un système d'orientation active en mettant à disposition des étudiants les informations concernant les savoirs, aptitudes et compétences requis pour préparer chaque master. Les étudiants pourront ainsi mettre ces données en parallèle des savoirs, aptitudes et compétences acquis au cours de chaque licence, et ainsi anticiper au mieux leur choix de Master.

La mise en place d'un système d'Admission Post-Licence, dans la même philosophie que pour l'orientation en première année universitaire, serait à ce titre bénéfique, afin de centraliser l'ensemble de ces informations sur une plateforme unique.

Grâce à ce système, les titulaires d'une Licence pourront faire plusieurs vœux de Master, en ayant l'ensemble des informations à leur disposition afin de procéder au choix le plus éclairé. Ainsi, dans le cas où le premier vœu ne serait pas satisfait, les titulaires d'une Licence auront encore la possibilité d'être admis dans une autre mention de Master, sans à avoir « perdre » une année de formation comme actuellement.

Parallèlement, les troisièmes années de licence devront, pour permettre une meilleure insertion professionnelle d'un côté et une meilleure poursuite d'étude de l'autre, posséder des parcours-types être plus spécialisées.

La FAGE demande que ce dossier soit officiellement ouvert par le ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, afin d'aboutir à une suppression de la sélection entre le M1 et le M2, et à la mise en place d'un dispositif d'admission post-licence.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies