Regroupements : au delà des statuts, quelle politique de formation pour les étudiants ?

04/06/2014

Il reste vingt jours aux établissements d'enseignement supérieur pour se regrouper sous la forme de leur choix : fusion, communauté d'universités et d'établissements (COMUE) ou association. C'est la date limite d'un délai d'un an, inscrit dans la loi ESR du 22 Juillet 2013, que certains aimeraient bien voir s'allonger, le jugeant trop court.

Le 19 mai dernier, le CNESER a adopté une motion demandant un moratoire quant à l'application de la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche, afin de repousser la date limite de signature des statuts des nouveaux regroupements. Cette motion demandait également la tenue d'une séance d'information lors du CNESER du 16 Juin afin de faire un point d'étape des différents sites.

La FAGE s'est opposée à cette motion, la jugeant précipitée. Si en effet, une séance d'information doit se tenir afin d'avoir une vision claire de l'état d'avancement des différents regroupements, celle-ci doit bien être le préalable à toute autre décision quant aux délais accordés aux établissements. Elle perdrait sinon tout son sens.

Mettre les étudiants au cœur de la politique de site

Si la FAGE est favorable à la logique de regroupement, permettant de prendre en compte les dynamiques locales, nous n'en restons pas moins vigilant à la voix qui sera donnée aux étudiants dans les conseils d'administration et les conseils académiques des COMUE. Ainsi, il est d'ores et déjà à regretter qu'un faible nombre de consultations, incluant les étudiants, se soient tenues, et ce à moins d'un mois de la date limite.

Certains projets de statuts ne prévoient en effet que trop peu d'étudiants dans les instances de gouvernance, mettant ainsi à mal la représentation étudiante, indispensable au bon équilibre de regroupements parfois bancals. La FAGE appelle les universités et les établissements d'enseignement supérieur à prendre en compte la voix des étudiants en les intégrant aux processus de réflexion sur les futures politiques de site.

Il est également à noter que trop peu de COMUE prévoient d'intégrer le CROUS dans leurs conseils académiques, reléguant ainsi la vie étudiante et le réseau des œuvres à une simple variable d'ajustement dans la politique de site. La FAGE ne peut cautionner cela et exige que soient intégrés des représentants des CROUS dans les conseils académiques des regroupements !

L'intervention de la secrétaire d'Etat, Geneviève Fioraso, lors du colloque de l'agence de mutualisation des universités et des établissements (AMUE) est à ce titre symptomatique, en ne citant pas une seule fois la problématique de la vie étudiante dans le cadre des regroupements. Il serait pourtant grave de penser que l'attractivité des sites universitaires de demain pourra se développer sans une politique de vie étudiante ambitieuse et répondant aux besoins de ces derniers, que cela soit en termes de logement, d'aides sociales, de restauration ou encore de santé.

La FAGE rappelle à ce titre qu'un plan de vie étudiante fut annoncé par le ministère pour la rentrée 2013, et que ce dernier n'a toujours pas été publié !

Quelle politique de formation pour les regroupements ?

Au delà des statuts, c'est la question de la politique de formation des futurs regroupements qui se pose. En effet, il est nécessaire d'initier dès maintenant ce travail afin que cette étape ne se fasse pas dans la précipitation.

Si les COMUE peuvent être un moyen de mieux organiser la politique de formation des sites, celle-ci ne devra pas se résumer à faire porter par ces structures des diplômes « d'excellence », réservés à seulement quelques étudiants. Ces regroupements devront au contraire être l'occasion pour des établissements de porter ensemble des formations, à condition que cela n'impacte pas négativement les conditions d'études des étudiants.

La FAGE sera attentive lors des prochains jours à l'avancée des travaux sur l'ensemble de ces problématiques, afin que la nécessaire réorganisation de la politique de formation puisse se faire au bénéfice du plus grand nombre d'étudiants.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies