26 septembre : Journée Mondiale de la contraception... Une journée pour vous mobiliser !

19/08/2014

« Nous estimons que l'heure est désormais venue de passer de la maternité accidentelle et due souvent au seul hasard, à une maternité consciente et pleinement responsable. »
(Extrait du discours de Lucien Neuwirth, le 1er juillet 1967, devant l'Assemblée Nationale)

D'hier à aujourd'hui...

Depuis la légalisation des moyens contraceptifs, en 1967, les jeunes filles et les femmes ont en France la liberté de choisir d'avoir ou non des enfants et de vivre une sexualité épanouie, distinguant ainsi « sexualité » de « reproduction ».

Aujourd'hui plus de 91 % des Françaises sexuellement actives âgées de 15 à 24 ans déclarent employer une méthode contraceptive. Cette statistique démontre une bonne couverture contraceptive dans notre pays. Toutefois, plus de 2/3 des grossesses non prévues le sont sous contraceptifs.

L'enjeu actuel est donc de faire prendre conscience aux femmes qu'il n'existe pas UN moyen de contraception ni UNE norme contraceptive, mais bien DES moyens de contraception qui s'adaptent aux femmes et aux couples, tout au long de leur vie, en fonction de ses/leurs choix et projets.

Cette prise de conscience s'est accrue en 2013 avec les différents débats qui ont suivi les controverses autour des pilules de 3ème et 4ème génération. Depuis cette date, la Haute Autorité de Santé (HAS) a souligné l'importance du libre choix de la personne concernée afin que soit prise avec le prescripteur la décision la plus adaptée à son profil.

Une journée mondiale pour sensibiliser et prévenir

Il est donc essentiel de se mobiliser au cours de cette journée pour informer et échanger sur les différents moyens de contraception existants, au regard du choix de chaque femme par rapport à sa situation personnelle et à son projet de vie.
Il est aussi important de rappeler aux femmes que la contraception est une affaire de couple, qu'il est important qu'elles puissent en discuter librement avec leur(s) partenaire(s) et de l'impliquer dans cette responsabilité.

Les associations étudiantes ... des acteurs majeurs de cette sensibilisation.

La sexualité des jeunes est un enjeu primordial des politiques publiques car il s'agit notamment de prévenir des grossesses non prévues et des Infections Sexuellement Transmissibles (IST). Dans son communiqué de presse du 15 mai 2013, Marisol Touraine, Ministre des affaires sociales et de la santé déclarait que toutes les pistes devaient être mobilisées pour mener à bien une politique complète et cohérente en matière de contraception, faisant allusion notamment au rôle des associations mais aussi au développement de l'éducation à la sexualité.

Qui mieux que des étudiants peuvent connaître les problématiques, les attentes et les craintes de leurs pairs ? Qui mieux que des jeunes peuvent aller à la rencontre d'autres jeunes pour amorcer une information sur des sujets intimes, parfois tabous pour certains ?

Les militants associatifs étudiants sont donc des acteurs privilégiés de cette prévention. Que vous soyez des futurs professionnels de santé investis dans ce sujet ou des étudiants désireux d'agir pour la santé de leurs pairs, vous pouvez agir !

Comment mobiliser votre association lors de cette journée ?

Quelques idées d'animation

  • Une animation du jeu « Dialogue en tête-à-tête »
  • Des consultations flash (avec des professionnels de santé)
  • Une magic box (pose de préservatif masculin ou féminin dans le noir)
  • Une diffusion de court métrage / témoignages (exemple « Histoire d'un choix », « La Répet' Amour et comédie »)
  • Une conférence
  • Un stand « Tester vos connaissances »
  • Un stand d'information sur le « Pass contraception » (selon les régions)

Des partenaires / experts à mobiliser

Vous souhaitez recevoir des outils d'information ? Cliquer ici

Vous souhaitez être accompagné dans la mise en œuvre de votre projet ? Contacter l'équipe nationale de la FAGE à prevention[at]fage.org ou au 01 40 33 70 70.

Et dans les autres pays du monde

Si la situation en France nécessite une constante sensibilisation afin de maintenir et accroître la couverture contraceptive, elle reste toutefois une situation privilégiée en comparaison à d'autres pays du monde. Cette journée mondiale est aussi l'occasion de rappeler que toutes les femmes n'ont pas encore la liberté de disposer de leur propre corps et le droit de décider de leur avenir.

Pour remédier à ces inégalités, l'International Planned Parenthood Federation (IPPF), l'instance international du Planning Familial (partenaire de la FAGE), lance une campagne d'information « C'est moi qui décide de mon avenir », composée d'un manifeste, d'une pétition et d'un spot.