Budget du CNOUS : La FAGE dénonce une insuffisance coupable !

26/11/2015

Ce matin, le conseil d’administration du Centre National des Oeuvres Universitaires et Scolaires (CNOUS) était amené à se prononcer sur la proposition de budget du Réseau des Oeuvres pour l’année 2016. La FAGE, occupant 4 des 8 sièges étudiants a voté contre ce budget, qui n’est ni à la mesure des besoins des étudiants ni à la hauteur des enjeux de la démocratisation de l’enseignement supérieur. Malgré cela et l’opposition d’une partie du conseil d’administration, ce budget a été validé par 14 voix contre 13.

Ce budget souffre en effet d’une diminution de plus de 8 M€ à destination du fonctionnement des CROUS, touchant principalement la restauration et le logement. Cette baisse extrêmement importante oblige le CNOUS à ponctionner sur ses fonds de roulement à hauteur de 7 M€ (ne lui laissant que 23 jours de fonctionnement dont 20 sont réglementaires) pour les répartir sur les CROUS.

Ce budget remet aussi gravement en question les capacités d’investissement des CROUS, en les diminuant de 25 M€. Ceux-ci seront donc contraints de mobiliser une trésorerie parallèlement fragilisée par la diminution de moitié des CPER. La FAGE craint que les projets engagés en termes de construction et de réhabilitation soient remis en question, voire stoppés net, à la fois pour le logement mais aussi pour la restauration.

La FAGE tient à souligner le fait que l’investissement concédé de 2012 à 2014 par le gouvernement sur les aides directes ne saurait être efficace s’il n’est pas suivi par un financement suffisant des aides indirectes. Pourtant, année après année, les budgets présentés sont en diminution sur ces mêmes postes.

En 2012, le candidat Hollande s’engageait à faire de la jeunesse sa priorité. Il y a peu, à l’occasion de la remise du rapport du comité StranES, le président de la République confirmait sa volonté de démocratiser l’enseignement supérieur. Force est de constater qu’au travers de la diminution des moyens consacrés à accompagner la réussite des étudiants en leur permettant de vivre dans des conditions décentes, ces engagements sont mis à mal.

Alors que les effectifs étudiants progressent, et que la tendance est appelée à se poursuivre pendant plusieurs années, la question des moyens alloués aux aides sociales, à la vie étudiante et au soutien à la réussite ne peut tenir du détail et faire l’objet de coups de rabots répétitifs, année après année. Alors qu’un Plan National de la Vie Étudiante a été annoncé, la diminution significative du programme 231 de la MIRES fait figure d’impair coupable.

La FAGE demande au Gouvernement ainsi qu’aux parlementaires de prendre toute la mesure de la précarité qui sévit de plus en plus cruellement sur les campus et à reconsidérer les crédits alloués aux CROUS. Une programmation pluriannuelle des moyens, déjà demandée par la FAGE, doit être proposée afin de permettre aux CROUS de faire face aux nouveaux besoins et d’améliorer les conditions de vie des étudiants.

La FAGE rappelle le Président de la République à ses engagements en matière de démocratisation de l’enseignement supérieur, et notamment en ce qui concerne la finalisation de la réforme des bourses qui doit amener à la création d’une Aide Globale d’Indépendance, permettant une revalorisation significative des aides pour tous les étudiants.