De la stratégie à la programmation budgétaire : le livre blanc de l'ESR, un exercice tardif

15/02/17

Le 31 janvier 2017, Bertrand Monthubert a remis à Najat Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ainsi qu’à Thierry Mandon, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement Supérieur et la Recherche, le Livre Blanc de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Sa publication fait suite à l’adoption de la loi Fioraso en juillet 2013 qui dispose qu’un livre blanc de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche doit être élaboré et présenté par le Gouvernement au Parlement tous les cinq ans.

Ce livre blanc vise à proposer une programmation budgétaire pour consacrer les objectifs dressés par la Stratégie Nationale de l’Enseignement Supérieur, la STRANES, ainsi que la Stratégie Nationale de Recherche, la SNR, rendues toutes deux au gouvernement au cours de l’année 2015.

L’idée de définir les moyens de concrétiser les objectifs que la Nation a défini pour notre système d’enseignement supérieur et de recherche est importante car elle permet d’éviter que la définition des stratégies reste un voeu pieux. La FAGE avait activement milité pour obtenir une augmentation du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche à hauteur d’un milliard d’euros par an les estimant nécessaires pour répondre aux besoins structurels et aux enjeux de demain. C’est ainsi que le gouvernement a annoncé une augmentation de 850 millions du budget de l’enseignement supérieur et de la recherche pour l’année 2017. Dans le même temps, France Stratégie confirmait cet objectif à l’occasion de ses travaux prospectifs sur les priorités éducatives pour la période 2017/2027. Avec ce livre blanc, Bertrand Monthubert estime que l’augmentation du budget doit suivre un rythme annuel se situant entre 900 millions d’euros et allant jusqu’à 1,3 milliard d’euros supplémentaires. Pour ce faire, le livre blanc se place sur des temporalités correspondant aux phases de programmation budgétaire triennales et s’appuie sur plusieurs volets : enseignement supérieur, recherche, emploi et attractivité des carrières, politique de site, numérique et immobilier, qui ont vocation à être complétés notamment par les appels à projet du Programme Investissement d’Avenir.

Le livre blanc s’appuie sur une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques qui était chargé de définir les effets à court et long termes des orientations budgétaires proposées. De l’accroissement du Produit Intérieur Brut, à la résorption du chômage en passant par la création de nouveaux emplois, permettre le développement de notre système d’enseignement supérieur consacre l’anticipation des besoins économiques et sociaux et sociétaux d’aujourd’hui et de demain.

Si l’exercice est important et a vocation à donner corps aux Stratégies nationales de l’enseignement supérieur et de la recherche, une publication et présentation aussi tardives, au terme de l’adoption du dernier projet de loi de finances du quinquennat du Président Hollande et à la veille d’échéances politiques majeures en France laissent dubitatif quant à l’usage qui en sera fait dans la construction du prochain budget de notre pays.

Le livre blanc devrait faire l’objet d’une présentation lors de la séance du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de février 2017, au cours duquel les élus de la Fédération des Associations Générales Etudiantes, la FAGE, s’exprimeront sur le sujet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies