La parole aux élus nationaux de la FAGE

23/08/17

Suite aux élections nationales de cette année, les élus nationaux de la FAGE ont entièrement été renouvelés. Ce week-end fut l’occasion pour la première fois du mandat de réunir l’ensemble de l’équipe nationale de la FAGE, pour un moment d’échanges et de débats autour des problématiques d’envergure qui jalonneront cette rentrée.

Ainsi ce séminaire fut l’occasion de dresser la feuille de route des élus CNESER et de définir ensemble les dossiers principaux de chacun. Trois d’entres eux se présentent ci-dessous :

Safia Kiker

"Je suis étudiante en Master 2 Droit des interventions publiques à l’université d’Angers. Après être passée par le poste de Vice-présidente égalité à la Fé2A, Fédération des Associations Etudiantes de l'Anjou, je suis actuellement Vice-présidente étudiants de l'université d'Angers et nouvelle élue Cneser.

L'un des défis à venir pour l'équipe d'élus CNESER sera de poursuivre le combat de la FAGE en matière de démocratisation de l'enseignement supérieur. Cet objectif signifie permettre l’accès aux études supérieures au plus grand nombre mais surtout de garantir à tous et toutes un accès à la réussite en luttant contre les déterminismes. Cette ambition sera au cœur de nos préoccupations lorsque nous aborderons la réforme de rentrée dans l'enseignement supérieur qui devrait s'appliquer à la rentrée 2018. Cette réforme va se construire dans un contexte où tirage au sort et prérequis ont été respectivement appliqués et évoqués par le gouvernement. En tant qu'élue CNESER de la FAGE, je veillerai à ce qu'aucun jeune ne se voit interdire une poursuite d'études dans l'enseignement supérieur.

Enfin, notre équipe est consciente que la démocratisation de l'enseignement supérieur passe également par des mesures d’accessibilité adaptées à chacun et une politique de lutte contre les discriminations qui permettra à tous et toutes de jouir pleinement de ses années d'études post-bac. Nous accorderons donc une place non négligeable à ses sujets dans nos préoccupations."

Gregoire Duvant

“Je suis doctorant en 2ème année (STAPS) à l’Université d’Artois – à la Faculté des Sports et de l’Education Physique de Liévin. Après avoir fondé la Fed’Artois, la Fédération des associations étudiantes de l’Université d’Artois et avoir été élu au Conseil d’Administration de l’Université d’Artois, j’ai intègré l’équipe nationale de la FAGE en tant qu’élu au CNESER.

J’aurai à cœur de travailler plus précisément sur une nécessaire réforme du 3ème cycle. Au cours du mandat, je souhaite plus particulièrement m’attaquer au statut du doctorant, répondre à la précarité en esquissant des solutions pour les doctorants non financés, faire des propositions pour valoriser davantage le titre de docteur au sein de notre système d’Enseignement Supérieur et notre société. Le nombre de candidats à la préparation d’un doctorat est en baisse. Voilà qui est préoccupant. Précarité des doctorants, manque de valorisation du doctorat, baisse des financements publics pour les contrats doctoraux : autant de défis et de freins à la démocratisation d’accès et de réussite au doctorat. Ces défis sont les miens pour le mandat qui s’ouvre et l’équipe CNESER de la FAGE fera en sorte d’avancer sur ces sujets, autant que d’autres qui sont d’actualité.”

Orlane François

Etudiante en 3ème année de licence STAPS - Management du Sport à l’Université de Lorraine, je suis actuellement présidente de l’Association Nationale des Etudiants en STAPS (ANESTAPS).

Nouvellement membre de l’équipe nationale de la FAGE en tant qu’élue au CNESER, je souhaite pendant ces deux années de mandat travailler particulièrement sur les nécessaires réformes pédagogiques que doit subir notre système d’enseignement supérieur, et notre système éducatif plus généralement. Nous vivons aujourd’hui dans une société en évolution constante. Progrès numérique, nécessité de travailler davantage sur une approche compétences et une progressivité plus importante et plus adaptée, augmentation constante du nombre d’étudiants et problématiques d’accès à l’enseignement supérieur …

Une multitude de raisons et d’opportunités de lancer dès maintenant des travaux de modernisation de nos enseignements. Ainsi, l’optimisation des outils numériques, la construction des formations en blocs de compétences, la mise en place effective d’un Contrôle Continu Intégral, une refonte totale de la formation de nos futurs professeurs et enseignants seront une partie des sujets au coeur de mon mandat.