La FAGE représentative au CNEA - Conseil National de l’Enseignement Agricole –

La FAGE est désormais représentative au sein du Conseil National de l’Enseignement Agricole. En effet, Liz-Marie Darmon, élue étudiante au CNEA, y représentera la première organisation étudiante de France.

Le CNEA est l’organe qui définit la politique de l’Enseignement Agricole. Les problématiques dans ce secteur sont nombreuses, avec une vie étudiante peu dynamique, des difficultés à se loger et avoir accès aux services du CROUS, ou bien encore à rendre accessibles les structures de formation aux personnes porteuses de handicap. Néanmoins, dans sa volonté de s’inscrire dans une démarche constructive avec l’ensemble des acteurs, la FAGE est prête à relever ces défis comme elle peut le faire dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Quels chantiers à venir ?

Plusieurs chantiers ont pu être identifiés afin que la FAGE puisse mener à bien sa mission au CNEA. Si l’enjeux de la démocratisation de l’enseignement supérieur est un objectif à ne pas perdre de vue, il faudra prendre en compte l’ensemble des particularités de l’enseignement agricole.

En effet, l’agriculture et l’agronomie sont des secteurs qui offrent tout un panel de débouchés. Malheureusement ces études restent encore mal connues des lycéens. Ainsi l’orientation et l’information de ces derniers seront de grands chantiers qui seront abordés ces prochaines semaines, dans la lignée du travail déjà effectué dans le cadre du Plan Étudiants annoncé ce lundi 30 octobre par la Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. De même, les enjeux autour de la construction d’une société durable doivent faire partie des priorités du gouvernement.

Des campagnes d’Innovation Sociale enrichies

Au travers des AGORAé ou de What’s the fac ?!, la FAGE s’inscrit également comme un acteur de terrain important. Ce premier pas dans l’Enseignement Agricole sera un vrai atout pour développer ces campagnes d’innovation sociale. À l’heure où l’alimentation, la précarité et les représentations sociales viennent endiguer la mobilité sociale et alimenter l’adoption de comportements à risque, l’élargissement du champ d’actions de la FAGE sera un atout non négligeable dans le combat mené au quotidien pour les jeunes.

Le développement durable au cœur de la démarche

L’ensemble des actions de la FAGE s’inscrit dans une démarche de développement durable. Il est important de se poser les questions qui permettront d’engendrer un changement dans les comportements. Comment diminuer la dépendance de l’agriculture aux produits phytosanitaires ? Comment s’adapter aux nouveaux comportements alimentaires ? Quels seront les métiers de l’agriculture de demain ? Comment lutter contre le gaspillage alimentaire ?Si de nombreux rapports de l’Inspection de l’Enseignement Agricole montrent des signes encourageants dans l’évolution des pratiques pédagogiques armant ainsi les jeunes pour répondre aux enjeux de demain, le chemin à parcourir reste encore long.