La FAGE publie sa contribution sur l’accès à la santé des jeunes

29/11/2017

La santé est l’une des dimensions clés du parcours d’un jeune. Pour autant elle est trop souvent reléguée au second plan, notamment pour des raisons financières. La FAGE porte ainsi de nombreuses revendications pour améliorer l’accès au soin et la prévention pour tous les jeunes.

Contexte

L’accès aux soins des jeunes, frappés par la précarité et par l'augmentation quotidienne du coût de la vie, n’est plus toujours garanti. La santé devient ainsi, d’années en années, une variable d'ajustement dans les dépenses.

Par ailleurs, faute d’actions de prévention suffisantes, les jeunes, à l'âge où ils deviennent autonomes, adoptent trop souvent de mauvaises habitudes en matière de santé, sont de moins en moins protégés, renoncent à des soins et ne sont trop peu informés du fonctionnement du système de soins.

A l’heure où la sécurité sociale des étudiants évolue et où les priorités politiques en matière de santé sont redéfinies, la FAGE porte ses positions pour la santé des jeunes afin de leur permettre un accès simplifié aux soins et à la prévention au plus près des campus.

Ce que propose la FAGE

Une nouvelle ambition pour les Services de Santé Universitaires

Les Services Universitaires de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé (SUMPPS) sont des acteurs clés de la santé des étudiants. Néanmoins leurs moyens financiers et humains limités et leur dimension uniquement préventive les empêchent de devenir la clé de voûte de l’accès aux soins des étudiants. La FAGE demande à ce titre leur transformation en Centres de Santé universitaires liés aux acteurs territoriaux de santé et favorisant ainsi la présence d’un guichet unique de la santé directement sur les campus.

Par le conventionnement avec les professionnels de santé et une gouvernance repensée, le CSU serait ainsi impliqué auprès des étudiants éloignés des grandes villes universitaires et permettrait d’assurer une action cohérente en fonction de leurs besoins.

La prévention, premier levier pour la santé des jeunes

La prévention est indispensable pour renforcer la santé des jeunes. En effet les comportements addictifs et la fragilité psychologique des jeunes sont une réalité concrète à laquelle nous devons collectivement apporter des réponses. Lutter contre le harcèlement, faire du bien-être étudiant une priorité des établissements d’ESR, la FAGE dresse des nécessités concrètes pour renforcer la prévention et la promotion de la santé et s’engage au quotidien par ses projets d’innovation sociale pour la santé des jeunes.

Afin de pouvoir aller encore plus loin, il nous faut dès à présent renforcer l’articulation nationale et territoriale des acteurs de prévention afin de mettre en œuvre des politiques pluriannuelles en la matière et accompagner au mieux les initiatives, notamment menées par les pairs, pour renforcer l’information et la prévention. La coordination de tous les acteurs, et notamment les ARS, est à ce titre primordiale pour mener des politiques de prévention efficaces.

Innover pour la santé de demain

L’innovation en santé doit se penser au sens large. Tout d’abord par le développement de la formation des professionnels et de la recherche pour laquelle la FAGE réaffirme son engagement tant dans le renforcement de l’interdisciplinarité que dans sa volonté de voir concrétiser l’intégration universitaire des formations sanitaires et sociales.

L’innovation par le renforcement des nouvelles formes de pédagogie permettant le développement des compétences des étudiants en formation, des enseignants et plus largement des professionnels de santé.

L’innovation par le numérique enfin, en déployant de nouvelles ressources favorisant un meilleur accès à l’information et au suivi de sa santé par la dématérialisation de certains documents et la création de parcours de prévention au sein d’un Dossier Numérique de Santé individualisé.

Agir pour une égalité territoriale et sociale

L’enjeu autour de la santé des jeunes c’est enfin l’égalité d’accès tant territoriale que sociale. La FAGE demande ainsi le renforcement du suivi sanitaire des étudiants par la systématisation de la visite médicale de rentrée et la création d’enquêtes territoriales sur la santé des étudiants.

Afin de lutter durablement contre le frein financier, véritable fléau de l’accès aux soins, il convient également de lever les barrières financières par la prise en charge intégrale des vaccins par l’assurance maladie et la mise en place du Tiers Payant pour tous les jeunes.

Enfin, la suppression du régime de sécurité sociale étudiante amène de nombreuses perspectives pour favoriser la prévention et l’accès aux soins. La FAGE restera mobilisée pour défendre la voix étudiante au sein de la CNAM afin d’assurer un accès adapté à la santé pour tous les jeunes.

En bref

  • Transformer les SUMMPS en Centres de Santé Universitaires et développer le conventionnement par des réseaux de santé universitaires
  • Soutenir les actions de prévention et la mise en place de projets d’innovation sociale menés pour renforcer la prévention et la promotion de la santé
  • Acter l’intégration universitaire des formations sanitaires et sociales et assurer le transfert des aides sociales aux CROUS
  • Renforcer la pédagogie et favoriser l’interdisciplinarité dans les études de santé
  • Créer un Dossier Numérique de Santé incluant les informations de suivi du carnet de vaccination et le carnet de santé dématérialisé
  • Prise en charge intégrale des vaccins par l’assurance maladie et mise en place du tiers payant pour les étudiants et les jeunes
  • Assurer une place des étudiants au sein de la CNAM pour accompagner le rattachement des étudiants au régime général