Dry january : un mois sans alcool, le grand défi de ce début d’année

09/01/19

C’est un des sujets de discussion de cette nouvelle année : est-ce que vous participez au Dry January?

Le Dry January, c’est un mois sans alcool, pour commencer l’année d’un bon pied. Ce concept arrive tout droit de Grande-Bretagne : dès 2013, le collectif Alcohol Change UK a mis en place cette campagne pour inciter les citoyens à mettre leur foie en repos quelques semaines. Un mois de détox après les fêtes, cela semble une bonne résolution à tenir : ce concept fraîchement arrivé en France avait déjà conquis 3 millions de Britanniques pour l’édition 2018.

L’idée n’est pas d’inciter l’arrêt complet de la consommation d’alcool, mais bien de prendre un temps pour se régénérer et tester d’autres habitudes de vie.

En effet, rien qu’en un mois, beaucoup de choses changent ! Les statistiques de l’année dernière révèlent que 71% des personnes qui y ont participé ont eu un meilleur sommeil, 68% ont gagné en énergie, et même 58% attestent avoir perdu du poids... et oui, réduire la consommation d’alcool, c’est aussi réduire notre apport en calories... Et là, nous n’avons pas encore parler de l’impact sur notre porte-monnaie ! En plus des bienfaits pour la santé et le bien-être, 88% des personnes ayant participé au Dry January déclarent avoir économisé de l’argent.

Ce genre de défis semble devenir de plus en plus populaire (#MoisSansTabac), et créent une dynamique positive. Certains critiquent le fait d’avoir besoin de faire ces démarches publiquement car la motivation relèverait davantage de culpabiliser les autres que de prendre soin de soi.

Malgré tout, lancer des défis collectifs a le mérite de créer un élan commun et de faciliter l’abstention en la rendant ludique et partagée.

Et le reste de l’année, on fait quoi ?

La modération, on ne l’a que trop dit, est le mot d’ordre pour rester en bonne santé. Les dernières études préconisent de ne pas boire plus de 10 verres par semaine – ou plutôt 10 unités d’alcool, car les quantités des verres varient beaucoup selon qui les sert. Deux jours de non consommation par semaine serait le grand minimum pour commencer à faire attention à soi, de même que de se limiter à 3/5 verres lors d’une seule occasion.

Ceci dit, il est important de rappeler que même un verre par jour est mauvais pour la santé.

Rappelons que malgré une diminution de la consommation en France depuis 50 ans, l’alcool reste la deuxième cause de mortalité évitable derrière le tabac. Sa consommation est responsable d’accidents de tous types, notamment de la voie publique ou dues à des comportements violents.

On voit en France différents modes de consommation en fonction de l’âge, en effet alors que chez les personnes plus âgées on retrouve une consommation plutôt quotidienne, on a tendance à retrouver chez les jeunes des épisodes d’alcoolisation ponctuelle importante (API), plus communément appelée le Binge Drinking, le principe consistant à se mettre en situation d’ivresse rapidement.

 De nombreux tests existent en ligne pour vous auto-évaluer sur votre consommation.

Quelles actions de la FAGE ?

La FAGE œuvre depuis toujours à prévenir et réduire les risques relatifs à la consommation d’alcool mais également d’autres substances potentiellement addictives.

Différents outils sont d’ailleurs disponibles sur le site de la FAGE, à la disposition des associations étudiantes. Ceux-ci peuvent être utilisés par exemple pour des actions de prévention routière avec des fiches pratiques pour organiser sa soirée en toute sécurité (mise en place du dispositif du conducteur désigné SAM, distribution d’éthylotest, etc).

Par ailleurs la charte des soirées étudiantes responsables permet de responsabiliser et de sensibiliser les associations organisatrices vis-à-vis des risques liés à la consommation d’alcool et autres substances, aux violences, ou encore à la prise en compte de thématiques telles que l’accessibilité ou le développement durable.

Cette charte favorise notamment les alternatives sans alcool attrayantes (cf. Livret de recettes de cocktails sans alcool).

La prévention et la promotion de la santé restent au cœur des actions du réseau de la FAGE, qui œuvre chaque jour pour améliorer les conditions de vie et le bien-être des jeunes.