Couverture maladie des jeunes : un enjeu de taille pour l’avenir

20/02/19

L’accès aux soins pour les jeunes est aujourd’hui préoccupant, lorsqu’un tiers d’entre eux renonce à un parcours de soins pour des raisons financières. Alors que les enjeux autour de la santé sont nombreux depuis plusieurs années, la FAGE porte des propositions dont certaines commencent à émerger.

L’accès aux soins pour les jeunes est aujourd’hui préoccupant, lorsqu’un tiers d’entre eux renonce à un parcours de soins pour des raisons financières. Alors que les enjeux autour de la santé sont nombreux depuis plusieurs années, la FAGE porte des propositions dont certaines commencent à émerger.

Avec la fin du Régime de Sécurité Sociale Etudiante à la rentrée 2018, les étudiants vont maintenant bénéficier d’une couverture obligatoire uniformisée et plus efficiente. La suppression du RSSE a permis à toute une partie de la jeunesse d’accéder au droit commun et ce sans surcoût à la rentrée ou au long de l’année. Cette proposition était portée depuis 2014 par la FAGE face aux lenteurs qu’entraînaient la délégation de service public aux mutuelles étudiantes.

Pourtant, l’arrêt du régime obligatoire dérogatoire pour les étudiants a été accueilli par certains acteurs comme un facteur aggravant de la perte de couverture complémentaire en santé. La FAGE s’inscrit en faux face à ces allégations qui impliquent peut-être que certaines mutuelles étudiantes aient utilisé leur monopole sur l’affiliation au régime obligatoire pour vendre des complémentaires santé, non concernées par la délégation de service public.

Les enquêtes de l’OVE sur les conditions de vie des étudiants, notamment sur le volet santé, montrent que seulement 15% des étudiants profitaient des systèmes de protection complémentaire proposés par les mutuelles étudiantes auparavant. Il est donc nécessaire d’analyser en profondeur le problème, afin d’identifier les freins à l’accès aux complémentaires santé et donc à l’accès aux soins.

Pour la FAGE, le problème est bien davantage l’accès aux droits des jeunes et leur information. En effet, la plupart des jeunes ne font pas la différence entre la couverture obligatoire et la couverture complémentaire. Beaucoup ne savent pas qu’ils sont couverts par la mutuelle de leurs parents.

Enfin, l’enjeu est tout autant d’améliorer l’accès aux droits et la gratuité du régime obligatoire pour les étudiants, alors qu’ils payaient auparavant 217 euros par an.

Les dernières dispositions en matière de couverture maladie, prises dans la Loi de Financement de la Sécurité Sociale, ont permis de mutualiser la Couverture Maladie Universelle complémentaire et l’Aide à la Complémentaire Santé, afin de pallier le non-recours de ces aides en permettant une couverture complémentaire globalisée pour les populations les plus précaires. Même si cela constitue une première avancée vers une couverture maladie globalisée pour tous les jeunes, il reste encore des améliorations à apporter. La FAGE revendique un accès automatique à la CMU-c pour les étudiant.e.s boursièr.e.s, mais aussi un accès facilité à ce dispositif pour tous les jeunes, afin que chacun puisse se soigner.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies