Fin du Grand Débat National : la réponse ne doit pas se construire sans les corps intermédiaires

20/03/19

Depuis le 15 janvier dernier et jusqu’au 15 mars s’est tenu partout en France le « Grand Débat National » qui se clôturera définitivement la semaine prochaine avec les conférences régionales composées de citoyens tirés au sort. Si la période du « débat » se clôture, la période des « réponses » et des « issues » doit maintenant arriver.

La FAGE, comme d’autres corps intermédiaires, n’a pas attendu pour construire ses positions en écoutant les jeunes qu’elle représente. Par exemple, la place du dialogue structuré dans l’organisation est primordiale, avec tous les ans l’organisation d’États Généraux où le travail de dialogue est fait au plus proche des jeunes et des étudiants.

Le Grand Débat n’est pas une réponse en soi aux difficultés, mais la FAGE a considéré que cela était une bonne occasion de répondre au besoin d’expression. Ainsi, tout au long de ces deux derniers mois, les fédérations du réseau de la FAGE ont pu organiser sur les campus, dans les territoires, des temps de construction et de réflexion avec de nombreux jeunes. Ces derniers sont venus pour apporter des solutions concrètes sur les sujets de la transition écologique, de la démocratie et de la citoyenneté, la fiscalité ou encore les services publics. Ainsi à Angers, Lyon, Nancy, Strasbourg, Créteil .. Plusieurs centaines de jeunes ont pu exprimer leur inquiétude sur le climat, ou partager des solutions pour garantir l’accès à des services publics de qualité. La FAGE et son réseau ont donc pu remonter des positions fortes de l’organisation : réformer les aides sociales étudiantes, améliorer et préciser la Garantie Jeune pour l’adapter aux différents profils, garantir un service public dans l'éducation et l’enseignement supérieur pour toutes et tous ..


Parce que la FAGE partage la vision qu’une réponse collective est souvent plus impactante qu’une réflexion isolée, elle a également décidé de se mettre au travail avec 18 autres organisations : syndicats, ONG, fondations, associations etc. Le postulat était le suivant : plus jamais la question sociale ne doit pas être dissociée de la question environnementale. Ainsi, et suite à la crise des “Gilets Jaunes” et dans la temporalité du Grand Débat, ce collectif a choisi d’élaborer un pacte, autour d’une vision partagée de l’avenir. 66 propositions pour donner à chacun et chacune le pouvoir de vivre : un véritable pacte social et écologique.


Cependant, il n’existe aujourd’hui aucune garantie sur l’issue et le résultat de ce grand débat. Aucun message clair. La FAGE peut l’affirmer : s’il s’agit à nouveau d’agir seul, si le Président ou le gouvernement décide seul, cela ne fonctionnera pas. Il faut aujourd’hui construire une réponse de court, de moyen, et de long terme. Mais il faut également que la société civile organisée soit intégrée à la construction de cette réponse. Le pacte signé par la FAGE, et d’autres, en apporte une première ébauche.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies