Processus de Bologne : Et la suite ?

20/11/2019

Né d’une volonté de voir converger leur système d’enseignement supérieur, c’est en 1998 que les ministres de l’enseignement supérieur de l’Allemagne, du Royaume Uni, de l’Italie et de la France déclarent s’engager dans la création d’un espace européen de l’enseignement supérieur (EEES). Une vingtaine d’année plus tard, et après avoir été rejoint par pas moins de 44 pays, l’heure est à la réflexion quant à la suite à donner à ce processus : quelles seront les priorités pour le futur de l’EEES sur la période 2020-2030 ?

Consolider l’existant

L’espace européen de l’enseignement supérieur à grandement bouleversé le paysage Français, c’est ainsi qu’en 2002 a été instauré le “système LMD”, afin de répondre à l’enjeu d’un cycle pré-licence et d’un cycle post-licence. La semestrialisation, la délivrance d’ECTS (EuropeanCreditTrasnfer System) sont autant de dispositions mises en place afin de faire converger nos systèmes d’enseignement supérieur au niveau de l’EEES et faciliter la mobilité des étudiants au cours de leurs études. 

Pour autant, malgré les efforts concédés par ces 48 pays pour faire converger leur système d’enseignement supérieur, il est nécessaire de rendre compte de la réalité étudiante. En effet, si les outils sont mis en place par chacun pour faciliter la mobilité au cours d’un cycle, la reconnaissance académique entre les différents systèmes d’enseignement supérieur est tout autre. Il n’est pas rare qu’un étudiant ayant effectué un semestre à l’étranger ne se voit pas accorder la reconnaissance de l’entièreté de son semestre. 

Aussi, malgré la récente création d’une vingtaine d’Universités Européennes dont les objectifs et plans d’actions restent parfois imprécis, venant s’ajouter à de nombreux partenariats et programmes de formation communs déjà existants, de nombreuses incompatibilités persistent entre les différents systèmes nationaux (Validation d’Acquis par Expérience, accréditation, cadres nationaux...).

Ainsi, une première priorité pour la période 2020-2030 devra porter sur la consolidation des outils mis en place et accroître la reconnaissance académique entre pays impliqués au sein de l’EEES.

Les priorités sociétales de l’EEES

Pour la FAGE, au-delà de la consolidation de l’EEES, les priorités sociétales dont devrait se saisir le processus de Bologne concernent le développement durable et les enjeux climatiques. En effet, il est primordial que l’enseignement supérieur prenne conscience du rôle qu’il doit tenir dans la formation des étudiants et ce quel que soit le corps de formation. C’est une société durable qu’il nous faut construire et en ce sens l’EEES à sa part de responsabilité. 

C’est également l’ouverture de la connaissance que doit porter l’EEES, nous sommes de plus en plus confrontés à la fausse information, phénomène face auquel la publication en open source des publications scientifiques, tout comme leur démocratisation au plus grand nombre est un enjeu dont l’EEES ne saurait se défaire. 

Enfin il sera toujours primordial de permettre l’accès à l’enseignement supérieur pour tous, aussi le financement des systèmes d’enseignement supérieur européens, est et restera une question récurrente tant les besoins de formations sont en augmentation constante. Les conditions d’accès, qu’elles se basent sur des critères académiques ou bien sur des critères financiers, doivent évoluer de sorte que chaque individu puisse accéder à l’enseignement supérieur quel que soit son âge, son origine ou sa catégorie sociale.

Ouverture vers un espace mondial de l’enseignement supérieur

Par ailleurs, au travers d’un élargissement progressif des parties prenantes et la création de schémas de coopération avec d’autres Espaces d’enseignement supérieur, nous pourrions enrichir considérablement le processus de Bologne sur la période 2020-2030 en se rapprochant de la création d’un espace mondial de l’enseignement supérieur.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies