Le service national universel : un dispositif désuet, mis en place au détriment de meilleurs mécanismes d’engagement

20/11/2019

En juin 2019, 2000 jeunes volontaires de 13 départements participaient à une première phase test de ce que sera le Service National Universel. A l’heure des premiers bilans sur le dispositif, la FAGE déplore, et dénonce toujours les 1,5 milliards par an prévus dans ce projet dénué de sens et d’utilité, là où la priorité doit être fixée sur l’éducation, la formation et d’autres outils forts d’une efficacité prouvée. 

La mise en place du Service National Universel n’en est qu’à ses débuts mais les effets sont d’ores et déjà plus que mitigés sur les jeunes y ayant pris part; le volontariat des participants n’ayant d’ailleurs pas empêché les abandons et les expulsions des jeunes investis dans ce dernier.

Pour rappel le service national devrait s’organiser en 3 grandes étapes: la phase de cohésion, la mission d’intérêt général et enfin, la phase d’engagement.

Renforcer la cohésion nationale, être vecteur d’engagement, renforcer le socle républicain… De grands objectifs derrière un dispositif coûteux qui ne répond pas réellement aux besoins de la jeunesse. Au-delà des objectifs affichés dans le cadrage du SNU, les discours parlent de «recadrer la jeunesse» par des enseignements militarisés dont la dimension reste profondément punitive.  

Pour l’heure nous n’avons qu’une visibilité très faible sur la réalité du projet, et surtout sur ses suites.  En effet, après une communication massive sur la phase obligatoire et les 2000 jeunes volontaires en tenue flambant neuve, qu'en est-il de la seconde phase dite «d’intérêt général» Sur cette partie : peu d’informations claires, qu’il s’agisse des conditions et structures d’accueil, ou encore des types de missions offertes par ces jeunes et de l’accompagnement dont ils disposent dès lors. 

Tandis que des réflexions se portent sur les changements à apporter au SNU pour «l’améliorer», la FAGE ne cesse de mettre en avant de réels dispositifs d’engagement volontaire, qui eux ont fait leur preuve et apportent de réelles réponses telles que le service civique. 

La FAGE accueille en son sein plus de 70 services civiques sur l’ensemble du territoire français. Au sein de nos épiceries sociales et solidaires bien sûr, mais sur des missions d’orientation ou encore de promotion de la culture également. 97% des 140 000 jeunes ayant participé à un service civique sont satisfaits de leur expérience, là où les premiers bilans de la phase de «cohésion» SNU pointent une plus faible satisfaction des jeunes participants. Ainsi c’est forte de bilans positifs sur les jeunes accueillis chaque année que la FAGE signait en octobre une lettre ouverte au gouvernement questionnant l’absence d’aide au développement d’un outil ayant fait preuve de son utilité sociale. En effet, dès le budget 2020 présenté par le gouvernement, nous pouvons observer un budget qui ne répond absolument pas aux objectifs fixés de développement. 

Dans l’attente d’un rapport complet de l’INJEP qui devait à l’origine paraître le 10 novembre, la FAGE et l’ensemble de ses fédérations, continueront à dénoncer ce dispositif paternaliste, trop cher et ne répondant pas aux urgences qui s’élèvent pour permettre à la jeunesse de s’engager et de s’émanciper. En outre, la FAGE continuera son combat pour la promotion de réels outils d’engagement que sont le service civique et pour un réel investissement dans l’éducation et la formation des jeunes. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies