Les études en milieu social : des problématiques alarmantes

18/12/2019

Le vendredi 15 novembre 2019 s’est tenue l’Assemblée Générale Constitutive de la Fédération Nationale des Étudiants en Milieu Social (FNEMS) à Lyon à laquelle la FAGE a assisté. 

Le mois dernier, des étudiants en milieu social ont donné naissance à une fédération de filière, afin notamment d’être force de proposition pour lutter contre une réforme qui vient particulièrement bouleverser leurs études.

L’arrêté du 22 août 2018 relatif aux formations du travail social, impacte les diplômes d’état d’assistant du service social, d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé, d’éducateur technique spécialisé et de conseiller en économie sociale familiale.

L’article 11 précise en réalité, que les personnes ayant redoublé leur année dans la session d’examens de 2020, et ayant commencé leur formation avant le 1er septembre 2020 seront régies par le nouvel arrêté de formation. De ce fait, un redoublement en troisième année implique inéluctablement un retour en première année pour ces étudiants.

En amont de cette problématique, celle des gratifications de stages en est une autre. Malgré le fait que les structures disposent d’un fond pour ces derniers, c’est une tout autre réalité que rencontrent les étudiants.

Les futurs travailleurs sociaux peinent également, à l’instar de nombreuses filières de santé, à intégrer les formations universitaires. Ainsi, ils ne peuvent pas bénéficier de nombreux services inhérents à l’enseignement supérieur tels que les CSU ou le sport universitaire. Ce combat, mené de longue date par la FAGE et ses fédérations a permis d’obtenir des premières victoires, mais doit continuer : la FAGE continuera de s’y engager pleinement.

Le financement constitue un frein au développement de ces formations. Celui-ci est assuré par les régions et dépend du taux de réussite du diplôme et réduit donc souvent le nombre de places pour les formations. Comme à son habitude, le gouvernement manque d’investir dans les formations de l’enseignement supérieur.

A ce jour, uniquement la Normandie voit les aides financières de ses formations sanitaires et sociales gérées par les CROUS. La gestion de ces bourses de formations sanitaires et sociales est réalisée par les régions sur le reste du territoire. Cela pose de nombreux soucis techniques, versements tardifs et irréguliers dans la temporalité comme dans les montants.

La FAGE n’est pas insensible à l’ensemble de ces problématiques. Et c’est pour cette raison qu’elle sera aux côtés de cette fédération afin de l'accompagner dans l’objectif de défendre les étudiants ! 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies