La semaine d’éducation et d’action contre le racisme et l’antisémitisme : un projet d’éducation populaire au service de la lutte contre les discriminations

Le 21 mars est la Journée Internationale pour l’élimination des discriminations raciales, chaque année depuis 1987, des semaines d’éducation et d’action contre le racisme, portées par SOS Racisme mais aussi des associations étudiantes, ont lieu partout en France afin de déconstruire les préjugés et faire reculer les discriminations.

Le 21 mars 1960 à Sharpeville, lors d’une manifestation pacifique contre les lois de l’Apartheid, 69 manifestant.e.s sont tué.e.s par la police. L’Assemblée des Nations-Unies proclame alors cette date Journée Internationale pour l’élimination des discriminations raciales pour commémorer ce massacre. En 1987, quelques années après sa création, l’association SOS Racisme propose d’instaurer à cette date une semaine dédiée à la sensibilisation et à la mobilisation de la jeunesse contre le racisme. La première semaine a été mise en place en 1988. Cette semaine s’appelle désormais la Semaine d’Education et d’Action contre le Racisme et l’Antisémitisme.

En 2021, la semaine d’éducation et d’action contre le racisme se déroule du 22 au 28 mars. Cette semaine est le début d'événements qui prennent place dans tous les lieux fréquentés par les jeunes, et ce jusqu’au mois d'avril. 

Enjeux de l'antiracisme

Plus que jamais cette mobilisation de la jeunesse pour mettre fin aux discriminations est nécessaire, d’autant plus dans le contexte particulier dans lequel se trouve le monde universitaire. En effet, en 2018, le gouvernement Français lançait un plan d’attractivité appelé “Bienvenue en France” multipliant par 14 les frais d’inscriptions des étudiant.e.s extra-communautaires, plan contre lequel la FAGE s’est fortement opposé. Des mouvements étudiants de droite et d’extrême-droite parasitent également le terrain universitaire en allant contre le principe même d’émancipation des jeunes en attisant des débats.

Cependant, le monde étudiant est aussi traversé par de fortes volontés de rendre accessible l’antiracisme. L’année 2020, les mobilisations, les discussions et débats nous rappellent que la jeunesse a toujours été le vecteur de rapport de force pour mener une lutte et ses victoires. Pourtant, l’antiracisme est un sujet souvent mal abordé dans l’enseignement supérieur quand la plupart du temps il n’est en fait pas un sujet. 

Il est du ressort de la FAGE et son réseau de répondre à cette demande étudiante en se mobilisant aux côtés d'acteurs expérimentés comme SOS Racisme pour aborder avec les étudiant.e.s l’actualité sereinement et de manière engagée : racisme dans la police, racisme anti-asiatique, les débats sur l’antiracisme, la mémoire des génocides, la colonisation et ses héritages...

Les actions

Un des piliers de l’antiracisme est l’éducation populaire, autrement dit rendre accessible les outils de la lutte antiraciste et toucher un maximum de personnes. En effet, parce que l’antiracisme est un projet de société dans lequel tout le monde peut et doit se projeter, la semaine de l’éducation et d’action contre le racisme est un cadre qui permet de sensibiliser et rendre compte de l’importance de se sentir concerné.e.

Dans les universités, la semaine de l’éducation peut revêtir plusieurs formes : expositions, conférences, moments de dialogues… Les sujets et les formes pour les aborder sont variés mais la constante est de donner l'opportunité aux étudiant.e.s de s’impliquer dans l’antiracisme tout comme l’université qui doit remplir ses devoirs en matière de lutte contre les discriminations. 

Bonne semaine d’éducation et d’action contre le racisme à celles et ceux qui s'engagent pour faire de l’université un lieu d’émancipation, de vivre-ensemble et d’antiracisme ! 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies