Non à une demi-loi climat !

C’est ce que sont venues dire un peu plus de 100 000 personnes dimanche 28 mars dans les rues de différentes villes en France. Plus de 600 associations ont signé cet appel à manifester avec certains syndicats, rejoint par de nombreuses citoyennes et citoyens le jour J. Retour sur l’histoire qui nous a menés dans la rue au milieu d’une crise sanitaire. 

En octobre 2019 est constituée la Convention Citoyenne pour le Climat. Cette CCC est composée de 150 citoyennes et citoyens tirés au sort qui ont travaillé pendant plus de six mois pour déterminer 149 propositions afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 40% d’ici à 2030 (par rapport à 1990). 

Ces propositions peuvent être appliquées de plusieurs manières : par voie législative, réglementaire, application directe ou négations internationales.

Un projet de loi, intitulé «lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets» a donc été rédigé pour intégrer certaines propositions à la loi. Malheureusement, les deux textes ne concordent pas vraiment puisque la CCC accorde seulement une note de 2,5/10 à ce projet de loi. Autrement dit, seulement 25% de ce qu’avait recommandé ces citoyen.ne.s pour respecter l’Accord de Paris se retrouve dans la loi. Et pas besoin d’être bon en calculs pour savoir qu’avec 25% des recommandations, on ne diminuera jamais de 40% nos gaz à effet de serre d’ici 2030. 

Et ce ne sont pas les 4?600 amendements proposés pour cette loi qui ont beaucoup fait avancer les chiffres. 

Face à ce constat, plusieurs organisations, dont la FAGE, se sont réunies pour préparer pas à pas une marche la veille du début d’examen de ce projet de loi à l’Assemblée nationale. L’objectif était de manifester notre mécontentement une fois de plus, et ça a été entendu. De nombreuses prises de paroles se sont appuyées sur cette manifestation pour insister sur ce que veulent les citoyennes et citoyens : une VRAIE loi climat. 

Et maintenant ? Encore quelques chiffres : 26% des amendements ont été jugés irrecevables, notamment pour raison financière. Les 69 articles des 6 chapitres du projet sont débattus par les député.e.s dans l’hémicycle en… 45h ! Autrement dit, très peu de temps. Merci la procédure accélérée.

C’est la dernière loi sur le climat avant la fin de ce quinquennat, et ne sachant pas qui sera élu.e président.e en 2022, cela pourrait être les dernières grandes décisions en matière de climat avant quelques années. 

Pour la suite ? Nous ne nous arrêterons pas là, ce projet de loi doit finir d’être débattu puis passer au Sénat. Et comme indiqué précédemment, la loi n’est heureusement pas le seul moyen de faire appliquer les propositions de la CCC. 

Nos voix n’ont pas fini de se faire entendre, pour que nous ayons l’avenir que nous méritons ! 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies