Enquête FAGE-IPSOS - Un an après : l'urgence d'agir pour ne pas sacrifier la jeunesse

09/05/2021

Pour la deuxième année consécutive, la FAGE publie une enquête commandée auprès de l’institut de sondage IPSOS, retraçant ainsi les problématiques concernant l’ensemble des jeunes, qu’elles ou ils soient étudiant·e·s, en stage, à la recherche d’un emploi ou actif·ve·s. Cette dernière est l’occasion de réaliser d’une part une analyse de l’évolution des différentes difficultés vécues par les jeunes, et d’autre part une évaluation des mesures prises pendant la crise sanitaire, rapidement devenue sociale et économique.

Notre jeunesse déjà éprouvée par la précarité et l’isolement social a été d’autant plus fragilisée : difficultés financières, aggravation de son état psychologique et incompréhension des décisions politiques. Pourtant, la FAGE alerte depuis des années sur le manque de moyens dans l’enseignement supérieur et dans les politiques de jeunesse. Le bilan est désormais tiré. Force est de constater que les universités et l’ensemble des acteur·rice·s politiques n’en ont pas fait suffisamment.

Ce manque de moyens structurels n’a pas permis de relever les défis qu’étaient ceux de la crise, que ce soit sur le versant pédagogique, social ou administratif. Les universités n’ont pas été à la hauteur. Le Gouvernement quant à lui, a mis en place certains dispositifs, tels que le ticket RU à 1 euro pour l’ensemble des étudiant·e·s ou encore les « chèques psy ». Saluées, ces mesures n’en restent pas moins très tardives et ne répondent pas totalement aux besoins sociaux. Ainsi, il est plus que jamais le moment de repenser intégralement notre système d’aides sociales : cette réforme des bourses attendue depuis de nombreuses années doit réellement voir le jour. 

En proie à l’impossibilité de se restaurer convenablement, des dizaines de milliers de jeunes ont dû se tourner vers l’aide alimentaire. Ainsi, en 2020, autant d’étudiantes et d’étudiants ont été accueilli·e·s dans les épiceries sociales et solidaires du réseau de la FAGE – les AGORAé – que depuis leur création en 2011. Autant de jeunes continuent à se rendre à des distributions alimentaires et c’est à ce jour plus de 150 000 paniers de biens alimentaires ou d’hygiène qui ont été distribués par le réseau de la FAGE.

La précarité alimentaire a beaucoup été médiatisée, mais les effets de la crise sont pluriels : orientation revue à la baisse, abandon d’un projet de mobilité, insertion professionnelle parfois impossible, parcours académique durement touché, renforcement des troubles somatiques et psychologiques sont autant de difficultés vécues par une trop grande partie des jeunes. 

Souvent vantée, la résilience de la jeunesse ne peut être la solution à tous les maux : elle laisse au bord de la route des milliers de jeunes et brise des projets personnels. C’est pourquoi il appartient aux pouvoirs publics d’impulser des mesures fortes de soutien à celle-ci. Entre constats et propositions, nous appelons l’ensemble des acteur·rice·s à se mobiliser pour permettre à notre jeunesse de regagner espoir en l’avenir, faire en sorte que cette résilience n’ait pas été vaine. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies