L'action des élu.e.s étudiant.e.s dans la lutte contre les LGBTphobies

Lors de la journée internationale de visibilité des personnes transgenres le 31 mars 2019, la ministre de l’Enseignement Supérieur, Frédérique Vidal, annonçait un plan de lutte contre les discriminations envers les personnes LGBT.

Selon le rapport 2020 de SOS Homophobie, 55% des appelant.e.s ont moins de 25 ans, et les violences s’exerçant dans les milieux scolaires et universitaires s’intensifient également (9% des cas d’agressions physiques recueillis en 2019), preuve de la nécessité de mettre en place des plans de lutte contre les LGBTphobies tant au niveau de l’Etat que plus précisément au sein des établissements d’enseignement supérieur.

Ainsi, à travers une lettre adressée aux président.e.s d’universités, directeur.ice.s et chef.fe.s d’établissements d’enseignement supérieur, Frédérique Vidal à invité en mars 2019 l’ensemble des établissements à mettre en place les mesures suivantes :

  • Permettre l’inscription sous le prénom d’usage dans les logiciels APOGEE et SVE/Scolarix ;
  • Retirer les mentions « Madame / Monsieur » des correspondances, formulaires et documents internes, car elles ne sont pas constitutives de l’état civil, mais aussi les supprimer des diplômes délivrés par l’établissement à la demande de l’intéressé.e ;
  • Renseigner les personnes souhaitant utiliser un prénom d’usage sur les démarches liées au changement d’état civil ;
  • Rééditer les diplômes délivrés avec l’ancien prénom de l’étudiant.e une fois le changement d’état civil effectué

Malheureusement, force est de constater que dans certains établissements, ces démarches salvatrices permettant aux étudiant.e.s transgenres notamment de mieux vivre leur scolarité, sont parfois difficiles d’accès où bien ne sont pas respectées par le corps administratif ou professoral.

Le rôle des élu.e.s étudiant.e.s est primordial dans la lutte contre les LGBTphobies, car chaque année les plans égalité sont votés dans les conseils et il est nécessaire qu’ils et elles s’impliquent dans leur construction et dans leur l’effectivité de leur implication.

Ainsi, les élu.e.s peuvent travailler en amont avec les chargé.e.s de mission égalité et diversité qui sont rassemblé.e.s au sein de la Conférence Permanente des chargé.e.s de mission Egalité et Diversité (CPED).

Ils et elles peuvent aussi porter des motions pour que des actions soient menées par les établissements lors des journées nationales ou internationales liées aux LGBTphobies :

-26 octobre – Journée de la visibilité intersexe,

-31 mars – Journée de visibilité des personnes transgenres,

-26 avril – Journée de visibilité lesbienne,

-17mai – Journée Internationale contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie

-…

L’Autre Cercle, le Caélif et la FAGE ont récemment adapté la Charte d’Engagement LGBT+ de l’Autre Cercle, au contexte de l’enseignement supérieur.

Les élu.e.s sont donc invité.e.s à faire signer cette charte pour permettre un meilleur accompagnement des étudiant.e.s LGBT+.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies