Financement exceptionnel des mobilités académiques Erasmus

Action de l’Union Européenne la plus connue des jeunes, Erasmus+ est un programme d’échanges et de partenariats entre 33 pays. Retour sur son système de financement :

Sur la dernière programmation 2014-2020, 740 000 départs depuis la France ont pu être réalisés avec Erasmus +, dont 350 000 dans l’enseignement supérieur.

Le programme Erasmus + a été mis en place pour permettre les mobilités, apprendre des autres et d’une nouvelle manière : par le prisme de la rencontre et de l’interculturalité. Il permet aujourd’hui une plus grande adaptabilité, une plus grande autonomie et une augmentation du niveau de langues des étudiant·e·s partants.

En 2020, le Cadre Financier Pluriannuel (CFP) 2014-2020 de l’Union Européenne prenait fin.
Ainsi, des discussions ont été engagées pour construire le CFP suivant, 2021-2027 et avec, la nouvelle programmation pluriannuel 2021-2027 d’Erasmus+.
Cette programmation acte le budget sur 7 ans et permet de connaître le montant de la somme attribuée à chacun.e et sur quel projet.

Cette année, dû au Brexit et à la crise sanitaire, ce CFP a été voté et approuvé tard : en février dernier.

De plus, la Commission Européenne et le Conseil Européen ont choisi de privilégier, pour 2021, les aspects jeunesses de l’action-clé 2 plutôt que l’aspect étudiants/enseignement supérieur de l’action-clé 1.

A l’échelle européenne, c’est une baisse de 27% du financement du programme Erasmus+ que nous constatons.

En France, c’est une baisse de 20% des subventions que les universités doivent encaisser.

Le Bureau des Vice-président·e·s en charge des relations internationales informe même dans son communiqué de presse, qu’actuellement, la baisse ressentie est de 34% de perte.

Parallèlement une forte augmentation des demandes de mobilité est constatée (66.000 en 2020 contre 86.000 en 2021).

De nombreux établissements n’ont pas assez de fonds de la part d’Erasmus. Certain·e·s étudiant·e·s se sont retrouvé·e·s ou se trouvent encore, avec le risque de ne pas recevoir de bourses de mobilité comme convenu.

Ainsi, pour pallier ce manque de fonds, certains établissements ont été ou sont dans l’obligation de compléter avec des fonds propres, des Fonds de Solidarité au Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE), des fonds de Contribution à la Vie Etudiante et de Campus (CVEC) ou encore des fonds sociaux.

Ces solutions, bien que providentielles sur le moment, nous interrogent sur le long terme. En effet, ces fonds (utilisés en urgence et en dehors de leur champ d’attribution) doivent être renfloués pour permettre leur exécution originale.

Nous souhaitons que les étudiant·e·s puissent avoir accès à une bourse Erasmus complète et de la somme qui leur ait due en fonction de leur pays de destination.

Nous souhaitons que les frais engagés par les universités avec des fonds annexes soient renflouées pour ne pas empêcher leur fonction primaire.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies