Le réseau de la FAGE se saisi de la problématique de la soumission chimique

27.04.2022

La soumission chimique -administration de produits psychoactifs à l’insu d’une victime à des fins délictueuses (vol) ou criminelles (agression sexuelle) touche particulièrement les jeunes. 

Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la rentrée universitaire 2021 les signalements d’attaque par soumission chimique (GHB/GBL/medicaments...) se multiplient. 

En tant qu’actrice du milieu festif étudiant dans une démarche de réduction des risques et de lutte contre les violences, la FAGE s’engage contre ces attaques d’une brutalité et gravité sans nom. 

Plusieurs temps ont permis de réunir le réseau d’associations étudiante autour de la thématique, afin de saisir les enjeux et d’identifier différentes actions : 

  • Intégration de la problématique aux formations personnes de confiance et évenement responsable

  • Sensibilisation du public étudiant

  • Travail avec des associations et instances publiques pour développer nos connaissances à ce sujet

  • Déploiement de 7500 capuchons de verres lors des événements festifs, grâce à la MACIF

De plus, un webinaire a pu être organisé, réunissant les collectifs et association Act Right, Heroïnes 95, Balance ton Bar Grenoble & Paris et la Dr Samira Djezzar, spécialiste du la thématique. 

Ce dernier avait pour but de dresser les constats sur le sujet, pointer les manques des politiques publiques et de proposer des pistes d’actions pour les associations étudiantes. 

La FAGE continuera de porter les positions auprès des différents acteurs publiques pour permettre de lutter contre ses attaques qui ne peuvent plus durer.

Nous demanderons des mesures d’hygiène ou de sécurité, un conditionnement de l’attribution d’un permis d’exploitation aux bars et établissements de nuit à la mise en place d’un dispositif comprenant 3 axes : prévention auprès du public (affichage, protocole d’alerte renseigné, etc.), formation des équipes (sensibilisation aux violences sexistes et sexuelles, à la prise en charge et à l’identification de victimes d’intoxication au GHB ou à une autre drogue) à travers des formations proposées gratuitement pour les exploitants (s’appuyer par exemple sur les Comptes Personnel de Formation), et sécurisation des lieux (surveillance renforcée, « safe place » prévention (AngelShot, capotes de verres...),etc.).

Ces mesures doivent s’accompagner d’une aide financière pour les établissements de nuit pour faciliter leur mise en application. Nous souhaitons sensibiliser les services d’urgence (SAMU / Pompiers / Hôpitaux), les fonctionnaires de police et gendarmes à l’accueil spécifique des victimes d'agressions sous soumission chimique. 

Il est nécessaire d’équiper l’ensemble des hôpitaux des moyens et des formations nécessaires à la réalisation de tests de détection des substances chimiques fréquemment utilisées dans ce type d’agression. Pour finir, il est indispensable de proposer systématiquement un bilan médical aux victimes s'étant retrouvées isolées pendant les phases d'amnésies pour détecter une éventuelle agression sexuelle et proposer les soins appropriés.

Regarder la table ronde

Soumission chimique : Constats, enjeux et prévention. 

Avec Act Right, BTB Grenoble, BTB Paris, Heroine 95, et l'APHP.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies