Remise du Plan national de vie étudiante : des mesures utiles et attendues

06/07/2015

Lundi 6 Juillet, la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d’État en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Thierry Mandon se sont vus remettre les conclusions des concertations du Plan national de vie étudiante.

Attendu par la FAGE depuis la prise de mandat de François Hollande et annoncé par Najat Vallaud-Belkacem lors de ses vœux à la communauté universitaire en janvier, le lancement des concertations avait été confirmé en avril dernier aux militant-e-s de la FAGE par la ministre, lors du Séminaire National des Élu-e-s Étudiant-e-s de la FAGE.

Des mesures permettant une amélioration concrète des conditions de vie et d'études ...

La FAGE salue un exercice de dialogue social ambitieux qui a permis de faire émerger des propositions d’amélioration concrète des conditions de vie et d’études. Les conclusions remises ce lundi à la ministre et au secrétaire d’État reprennent un large éventail de revendications portées par la FAGE. Ces mesures sont autant de leviers concrets et utiles à la réussite et à l’endiguement de la précarité que rencontrent les étudiants.

La FAGE sera particulièrement attentive à la mise en place rapide du dossier social unique. Ce dernier constitue une revendication récurrente de la FAGE et doit permettre l’amélioration substantielle de la lisibilité des aides sociales et donc du recours de chaque jeune aux droits. Permettant aux étudiant-e-s de systématiser leur demande de bourses, d’aides au logement et de CMU-C via un unique dossier, rapproché de la procédure APB, ce dossier social unique sera une réponse déterminante à la complexité qui caractérise encore trop les démarches.

L’ouverture de droits aux étudiant-e-s confrontés à une situation particulière nécessitant une prévoyance adaptée (qu’il s’agisse des étudiant-e-s salariés, parents, artistes, sportifs et internationaux en études en France) est une priorité. S’illustrant à travers un guichet unique pour les étudiants internationaux ou par la systématisation des régimes spéciaux permettant l’aménagement d’étude, cette ouverture de droits nouveaux représente une avancée utile et efficace dans l’optique d’une politique de vie étudiante s’adaptant à la diversité des publics et de leurs attentes.

Le renforcement de l’accès aux soins, par la généralisation des centres de santé universitaires et leur inscription dans les schémas territoriaux d'offre de soins, ainsi que la facilitation du parcours de soins des étudiant-e-s représentent un chantier impérieux. Les propositions issues des concertations tracent le contour d’une réelle stratégie de santé à l’échelle des établissements, permettant l’amélioration des services et de leur accessibilité.

Enfin, la FAGE attache une importance particulière aux mesures proposées en faveur de l’engagement étudiant. Permettre l’engagement du plus grand nombre grâce au dispositif de césure et la valorisation des compétences développées contribuera à la structuration d’une politique de vie étudiante ambitieuse. La notion de rythmes universitaires, centrale, doit à cet effet pouvoir faire l’objet de concertations et propositions supplémentaires, en ce qu’elle est au cœur de nombre de problématiques transversales.

Si la FAGE se satisfait de concertations permettant l’émergence de mesures utiles, concrètes et ambitieuses pour l’amélioration de la vie étudiante et de la vie des étudiant-e-s, elle appelle la ministre et le secrétaire d’Etat à faire en sorte que ces mesures puissent être mises en place au plus tôt.

... mais qui doivent s'accompagner d'efforts supplémentaires

Le Plan National de Vie Etudiante, s’il constitue une réponse à plusieurs problématiques cruciales, ne pourra cependant pas prétendre résoudre la situation de précarité que rencontrent des étudiant-e-s de plus en plus nombreux. Alors que Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon ont annoncé ce lundi le gel des frais d’inscriptions pour l’année 2015-2016, la rentrée n’en sera pas moins complexe pour un grand nombre d’étudiant-e.

La réforme des bourses doit se poursuivre, et permettre l’augmentation du nombre de bénéficiaires et du montant des aides pour aboutir à l’Aide Globale d’Indépendance revendiquée par la FAGE. Il est notamment urgent d’agir pour les étudiants mis à l’écart de la bourse sur critères sociaux, ou bénéficiaires d’un échelon 0, qui représentent les publics les plus concernés par la contrainte d'un salariat concurrent aux études. 

Alors que le plan 40.000 est toujours en déploiement, les efforts sur le logement des jeunes doivent se poursuivre, notamment en ce qui concerne l’encadrement des loyers de logement de petites surfaces, la poursuite de l’investissement dans le logement social et l’harmonisation des critères d’instruction des dossiers entre les différents bailleurs.

Si la FAGE se satisfait des conclusions d’un Plan national de vie étudiante qui répondent aux objectifs fixés, elle sera vigilante à l’état des budgets alloués, en 2016, aux établissements, à la vie étudiante et au réseau des Œuvres. Les étudiant-e-s ne sauraient en effet comprendre une absence d’investissement alors même que ce Plan national de vie étudiante rappelle l’ambition forte de la communauté universitaire de démocratiser l’accès et la réussite du plus grand nombre au sein de formations de qualité et d’un système d’enseignement supérieur souhaitant mettre l’étudiant au cœur de son projet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies