Rentrée 2017 : des mutuelles étudiantes qui négligent la santé des jeunes !

29/08/17

Dans un contexte où les mutuelles étudiantes, assurant la gestion du Régime de Sécurité Sociale Étudiante, sont démasquées par de nombreux rapports parlementaires1 dans leur gestion désastreuse du régime obligatoire, les chiffres, mis en avant par l’indicateur 2017 du coût de la rentrée, de l’évolution des montants des complémentaires proposées - 9,13% d’augmentation en province ; 7,53% en Ile de France - démontrent, s'il était encore nécessaire, l’inadéquation de l’offre qu'elles proposent aux réalités financières des jeunes.

Bénéficiant d’une place de choix sur les campus lors de l’inscription des étudiants, ces mutuelles jouent bien souvent sur la méconnaissance des néo-bacheliers d’un système complexe pour leur vendre à leur insu ou par insistance, des produits de complémentaire en dehors du régime obligatoire.

  • 25% des étudiants ignorent que la complémentaire santé n’est pas obligatoire2
  • 47% d’entre eux estiment que les mutuelles étudiantes insistent trop pour vendre leurs produits dérivés comme le démontre une enquête réalisée par UFC-que-Choisir3

Face à un public fragile aux besoins spécifiques, il apparaît urgent de réagir pour apporter aux étudiants une réponse adaptée à leurs besoins et assurer de sortir au plus vite de cette logique mortifère de l’économie sur les soins.

Depuis de nombreuses années la FAGE mène campagne pour mettre fin à la délégation de service public confiée aux mutuelles étudiantes pour la gestion du régime obligatoire de la sécurité sociale et aux dysfonctionnements de gestion que subissent les étudiants.

La FAGE avait obtenu durant la campagne présidentielle l’engagement du candidat Macron de confier au régime général, la gestion du régime obligatoire de sécurité sociale de tous les étudiants. Cette annonce avait provoqué le soulagement de milliers d’étudiants victimes d’une qualité de service désastreuse, de retard de délivrance de Carte Vitale ou délais de remboursement de plusieurs mois.4

Se félicitant d’une réforme qui sera sans nul doute une avancée majeure pour le quotidien des étudiants de France, la FAGE restera vigilante à ce que le gouvernement, au-delà de la simple posture, engage le plus rapidement possible les concertations nécessaires et entretienne un dialogue social permanent avec les organisations représentatives des étudiants afin d’assurer que la réforme puisse se mettre en place dans les meilleures conditions, sans léser les étudiants.

Par ailleurs, la prévention doit aujourd’hui rester une priorité pour l’ensemble de la population et il est nécessaire de prendre en compte les besoins spécifiques des jeunes. La simple réponse d’un rattachement au régime général ne saurait être satisfaisante si elle n’est pas accompagnée de la mise en œuvre concrète d’une organisation spécifique de la prévention à destination des jeunes et de l'émergence d’un nouveau système de santé, simplifié et adapté à leurs besoins.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies