Budget 2018 : Un budget limité qui ne traduit pas la nécessité de réforme

11/10/17

Les 27 et 28 septembre dernier était présenté par le gouvernement le Projet de Loi de Finance pour l’année 2018. Rendez-vous annuel particulièrement attendu puisqu’il acte la traduction concrète des mesures annoncées par l’exécutif du pays.

A la lecture de la Mission Recherche et Enseignement Supérieur du Projet de loi de finances, la situation, qui semblait jusqu’ici encourageante d’une augmentation de 700M€, apparait toutefois préoccupante du fait de la répartition des crédits. En effet, 175 millions d’euros supplémentaires sont dévolus aux universités, une augmentation trop faible qui permettra simplement de couvrir les dépenses liées aux évolutions de la masse salariale.

Alors que l’augmentation démographique est constante depuis plusieurs années, nous en avons payé le prix fort en assistant cette année à une des rentrées les plus compliquées, où des milliers de jeunes ont subi leur orientation et où certains sont encore sans affectation. Malgré cela, le Projet de Loi de Finance 2018, ne prend pas en compte l’augmentation à venir de 40 000 étudiants supplémentaires pour la rentrée 2018 dans les Universités.

Nous pouvons donc être particulièrement inquiets de cette absence alors que la massification est aujourd’hui une réalité, que les effectifs étudiants atteindront le chiffre de 3 millions à l’horizon 2025, et que la démocratisation de l’accès et la réussite dans les études supérieures est plus que jamais un enjeu social et économique pour l’avenir de notre pays.

Le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) a enclenché depuis juillet un cycle de concertations afin de construire la réforme de l’accès au 1er cycle universitaire, devant mettre fin au tirage au sort.

Néanmoins, à la lecture des documents budgétaires, ni le Grand Plan d’Investissement ni le Projet de Loi de Finance ne répondent aujourd’hui à cet enjeu majeur. En effet, ce ne sont ni les 450 millions d’euros répartis sur 5 ans sur la base d’appel à projets, ni l’absence de crédits sur ce Projet de Loi de Finance 2018 qui permettront d’accompagner la construction d’une université accessible à toutes et à tous.

Un investissement d’ampleur apparaît aujourd’hui essentiel pour se donner les moyens de concrétiser une réforme ambitieuse et favoriser la réussite des plus de 2,7 millions d’étudiants.