Intervention de Frédérique Vidal au Congrès national de la FAGE 2018

03/10/18

Le Congrès national de la FAGE, organisé à Nice du 27 au 30 septembre, a été l’occasion pour la Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal de rencontrer les militants de la FAGE, un an après une première rencontre au Congrès de la FAGE le 23 septembre 2017.

Frédérique Vidal a donc fait le bilan d’un an de réformes dans l’enseignement supérieur. Mettre fin au tirage au sort, augmenter les capacités d’accueil, une meilleure orientation dès le lycée étaient les engagements qu’elle avait pris lors du Congrès national de 2017. Un an après, la loi Orientation et Réussite des Etudiants ainsi que les réformes de l’Arrêté Licence et du Cadre National des Formations sont des opportunités immenses de démocratiser notre système d’enseignement supérieur et de recherche. Cependant, les militants de la FAGE ont pu rappeler à la Ministre que le combat pour la démocratisation ne s’arrêtait pas aujourd’hui et devrait continuer pour que chaque jeune puisse accéder librement à une formation de son choix.

La Ministre a rappelé qu’aujourd’hui, l’orientation était renforcée dès le lycée. Elle a également fait le bilan de la procédure d’affectation Parcoursup qui remplace Admission Post-Bac depuis cette année. Si Parcoursup a permis d’affecter 30 000 lycéens supplémentaires et plus rapidement qu’APB, il restait encore plus de 900 étudiants sans affectation. De même, Parcoursup a permis, grâce aux quotas de boursiers dans les formations sélectives, de dépasser en partie la reproduction des schémas sociaux par les étudiants. Ainsi, davantage de boursiers ont pu être acceptés en BTS, DUT et CPGE.

De même les pédagogies à l’Université pourront être complètement rénovées. Ce n’est pas seulement l’orientation et l'augmentation du nombre de places que la FAGE a défendu dans la réforme, mais bien également l’accompagnement vers la réussite pour chaque étudiant. Cet objectif, visant à mettre fin à la sélection par l’échec passe par un renouveau pédagogique et par un meilleur accompagnement personnalisé. 

La ministre a également pu répondre aux questions des membres de la FAGE. Elle a notamment évoqué la question des frais d’inscription des étudiants internationaux. La ministre a ainsi fait valoir que certaines augmentations des frais d’inscription seraient justifiées parce que les étudiants de certains pays voient des frais d’inscription élevés comme un gage de qualité.

La FAGE s’oppose à cette vision mercantile de l’enseignement supérieur et de la recherche. Attachée à la démocratisation de l’enseignement supérieur et à l’égalité entre étudiants, la FAGE a encore une fois rappelé récemment son refus de différencier les frais d’inscription entre étudiants selon leur nationalité ou leur origine. En effet, les enjeux autour de l’élévation du niveau de qualification en Europe et dans le monde sont trop grands pour pouvoir demander des frais supérieurs à certaines catégories d’étudiants. Cette démarche inutile fait pourtant craindre des mesures graves pour les étudiants internationaux qui souffrent davantage de la précarité que les autres étudiants.

Face à ces annonces de la Ministre Frédérique Vidal, la FAGE réitère son souhait de voir mener un dialogue social dans la seule visée de démocratiser l’enseignement supérieur en France. Cela passera non seulement par continuer les efforts financiers et matériels pour supprimer toute sélection à l’Université, mais également en ne cédant pas aux volontés démagogiques de certains alors qu’elles n’apporteraient rien aux enjeux de l’ESR contemporain.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies