Le gouvernement a annoncé 15 mesures pour le bien-être des étudiants en santé

05/04/18

La FAGE est, aujourd’hui et depuis sa création, la seule organisation étudiante à réunir les différentes fédérations d’étudiants en santé. Au cours des années, la FAGE et ses fédérations ont collectivement pu tirer la sonnette d’alarme à propos des situations insupportables que subissent ces étudiants, révélées dans de multiples enquêtes de nos fédérations, et fortement médiatisées au travers du livre Omerta à l’hôpital de Valérie Auslender. Cette dernière a d'ailleurs été reçue dans nos locaux l’an passé pour échanger sur le sujet et initier une réflexion sur les solutions à apporter. Il est inacceptable que notre enseignement supérieur reste encore en 2018 le théâtre de violences, de harcèlement et de sexisme. Le MESRI s'est récemment engagé dans une nouvelle campagne contre les violences sexistes et sexuelles, et l’hôpital est loin d’être exempt de situations problématiques. Aujourd’hui, il est nécessaire de mettre en œuvre des mesures concrètes pour sortir de la spirale de la violence dans nos établissements, et il faut saluer le gouvernement pour avoir fait de cette tâche une de ses priorités en ce début de quinquennat chargé en réformes. Après avoir confié la mission d’un rapport à Donata Marra en juillet 2017, les ministres Agnès Buzyn et Frédérique Vidal ont annoncé le 3 avril quinze engagements pour le bien-être des étudiants en santé.

Source : FNESI

Briser cette spirale nécessite de créer un cadre vertueux en agissant notamment sur les causes du mal-être. Il est fondamental de faire de la qualité de l’accueil des étudiants une des priorités des établissements. Des initiatives ont déjà vu le jour, comme la charte Qualité de Vie au Travail des stagiaires  à l’initiative d’une fédération de la FAGE, la FNESI en lien avec la FHF. D’autres fédérations de la FAGE en sont désormais également signataires : ANEP, FNEK, FNEO, UNAEE. L’annonce par le gouvernement de la généralisation de ces chartes d’accueil des étudiants à l’hôpital est une très bonne nouvelle. Il est nécessaire d’aller plus loin et d’effectuer un véritable travail pour que le stagiaire reste, à chaque instant, un étudiant en situation d’apprentissage et non un salarié exploité et sous-payé. La formation des formateurs obligatoire pour accéder aux fonctions de direction des instituts de formation et de coordonnateur des Diplômes d’Etudes Spécialisés va dans ce sens, et nous resterons vigilants pour qu’à terme, ce soit l’ensemble des encadrants qui dispose de ces compétences. L’annonce du strict respect du temps de travail maximal des internes est évidemment un élément positif alors que la réglementation instaurée sous la pression de Bruxelles n’était que rarement appliquée comme le dénonçaient régulièrement les étudiants. Or, on sait le poids des responsabilités qui pèsent sur nos internes et la mise en danger que peuvent représenter ces pratiques sur nos patients.

Mais ces différentes mesures ne produiront probablement pas d’effets immédiats. Aussi, la FAGE et ses fédérations revendiquaient la généralisation de dispositifs d’accompagnement des victimes de violences, qui a été obtenue. La formation d’étudiants sentinelles, formés au dépistage des signes de souffrance mentale chez leurs homologues, ainsi que l’introduction d’un module transversal concernant la gestion du stress et les stratégies d’empowerment dans toutes les formations de santé devraient compléter le dispositif pour prendre en charge le plus rapidement les situations problématiques avant toute évolution dramatique. Pour les terrains de stages régulièrement pointés du doigt comme générateurs de violences, il était nécessaire d’apporter des solutions. Alors qu’une partie des fédérations d’étudiants en santé, ou des établissements, mettaient en place une évaluation de ces terrains de stage, la systématisation de ces évaluations permettra à la fois d’inciter les établissements à mettre en œuvre des mesures positives, et, pour ceux ne jouant pas le jeu et mettant en péril la santé notamment mentale des étudiants, il pourra être procédé au réexamen de l’agrément.

Globalement, l’utilisation d’indicateurs dans une grande enquête annuelle et la mise en place d’un centre national d’appui et structures régionales en lien avec les associations étudiantes devraient permettre de progressivement lever le tabou sur les difficultés rencontrées. Dans ces structures, les militants de la FAGE auront évidemment à cœur de s’investir.

Bien que des annonces aient été faites, notamment dans le cadre de l’intégration universitaire, sur l’accès aux services pour les étudiants des formations sanitaires et sociales, un investissement financier est également nécessaire, tant de nombreux coûts liés aux études de certaines formations paramédicales pèsent encore beaucoup trop sur les épaules des étudiants. Car, au-delà des frais de scolarité inacceptables retrouvés notamment dans certains instituts de formation à la kinésithérapie qui avoisinent les 10 000€ l’année, d’autres étudiants ne disposent pas systématiquement d’indemnités de stage ni même d’indemnités kilométriques. Ces dispositions entraînent de véritables souffrances chez ces futurs professionnels qui ne comprennent pas pourquoi ils sont discriminés par rapport à leurs homologues d’autres filières de santé, et augmentent le poids de la dette ou du salariat qui pèsent sur ces étudiants dont les maquettes de formation et de stage sont déjà très chargées. L’absence d’engagements budgétaires sur ces éléments pourtant mentionnés dans le rapport de Donata Marra est décevante et la FAGE restera mobilisée pour mettre fin à la ségrégation des étudiants de ces formations.

Au-delà des conditions des stagiaires, l’enjeu porte également sur les formations de ces étudiants, qui sont régulièrement subies par des jeunes qui ne s’épanouissent pas toujours dans la voie qu’ils ont choisie. Le fort cloisonnement des études de santé, leur accès par des empilements de concours entraînant des coûts directs et indirects élevés, ainsi que les frais d’inscription importants, emprisonnent les étudiants dans des parcours rendant inenvisageable toute hypothèse de réorientation. Est-il décent de demander à un jeune de 18 ans au sortir du baccalauréat, de s’engager dans une voie inextricable en devinant à priori s’il pourra s’épanouir au contact de la souffrance quotidienne des malades ? A l’égard de toutes les formations, les jeunes doivent avoir le droit d’expérimenter et de changer d’avis. Aujourd’hui plus que jamais, il est nécessaire d’effectuer un véritable travail prospectif pour apporter de la flexibilité dans le parcours des étudiants en santé. La FAGE revendique, à l’instar des autres formations, la possibilité de mettre en œuvre une véritable orientation progressive qui ne remettrait pas en cause le caractère professionnalisant de ces formations. Il est nécessaire de pouvoir enfin décloisonner les études de santé en réformant leur accès, multipliant les passerelles entrantes et sortantes et en mettant en œuvre davantage d’interdisciplinarité. Mettre fin à la logique de compétition intrinsèque est également une nécessité pour l’avenir du système de santé qui doit évoluer vers une prise en charge collaborative globalisée de l’individu, rendue difficile par les guerres de chapelles aggravées par la perception de hiérarchie des professions induites par les systèmes de concours.

La FAGE salue la nomination de Antoine Tesnière, Stéphanie Rist et Isabelle Riom dans une mission qui devrait enfin réformer les cursus de santé et voir à terme la disparition de la PACES et des iECN dans leurs formes actuelles. La FAGE appelle de ses vœux à une réforme ambitieuse ne se contentant pas de demi-mesures ! 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous améliorer votre navigation et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus et paramétrer les cookies