Parole aux candidats : le CNESER, un projet d’équipe.

17/05/17

Chacun et chacune de nos 22 candidats a souhaité développer un point du programme lui tenant particulièrement à coeur, et se basant sur leur expertise dans certains domaines comme l’alternance, la responsabilité sociale des universités ou la pédagogie.

La diversité des profils et des sensibilités au sein de notre liste nous permet de représenter l’expertise large de notre réseau et de mener d’apporter les clés de lectures nécessaires aux élus de notre réseau sur les futurs sujets d’actualité. 

Richard, étudiant dans la filière finance à l'Université de Clermont Auvergne

 « L’observation d’un grand nombre de réorientations, à la suite d’une première année dans le supérieur, est inquiétante et dessine bien les faiblesses du système d’orientation actuel. Une réforme de l’enseignement secondaire avec l’intégration d’une orientation active et centrée sur l’étudiant est nécessaire. La réussite d’un tel dispositif ne pourra se faire sans porter une réflexion sur la dualité enseignement généraliste et professionnel. Au sein de l’équipe CNESER de la FAGE, je serai attaché à l’accessibilité de l’enseignement supérieur pour tous, en plaçant l’étudiant et son orientation au centre du débat. »

Julia, étudiante en STAPS à l'Université de Strasbourg

"Parler de pédagogie sans aborder le sujet d’une véritable approche par compétence m’apparaît comme un non-sens. On peut donc constater, que le système d’évaluation actuel semble révolu. Il convient de révolutionner les modalités d’évaluation, afin d’oeuvrer en faveur de la réussite du plus grand nombre. De ce fait la mise en place d’un réel Contrôle Continu Intégral doit être une priorité dans les années à venir. L’équipe CNESER de la FAGE, souhaite accompagner les élu.e.s dans la mise en place de ce système d’évaluation, tout en restant vigilante à l’adaptation de ce dernier, aux étudiant.e.s bénéficiant de régimes spécifiques d’études."

Kenza, étudiant en management à l'Université de Nice

"L’apprentissage dans les formations fait partie du paysage de l’enseignement supérieur. Il permet à la fois de lier directement la formation théorique à la formation pratique dans le monde professionnel. L’aspect professionnalisant d’un apprentissage, d’une alternance ou encore d’un stage doit bien apparaître comme une plus-value du parcours, et cela prend tout son sens avec la mise en place de l’approche par compétence. "

Fabrice, étudiant en GEII à l'Université de Lyon I

"Les filières courtes apparaissent comme un élément performant de l’enseignement supérieur. Avec des taux de réussite et d’insertion professionnelle important face aux formations traditionnelles, grâce à des formations construites en bonne intelligence avec les professionnels. Elles deviennent tellement performantes qu’elles permettent de plus en plus de poursuivre des études dans l’enseignement supérieur. Ce détournement de la mission première des filières courtes entraîne un vide dans l’offre de formation de l’enseignement supérieur qui doit être complété afin de permettre aux étudiant.e.s issu.e.s de baccalauréat technologiques et professionnels d’accéder à des filières courtes, ce qui n’est plus complètement le cas aujourd’hui."

Jordan, étudiant en pharmacie à l'Université de Tours

« À l’occasion maintenant de la 3ème vague d’extension et renforcement des expérimentations de la PACES, nous avons pu voir mais également améliorer les résultats des premiers dispositifs mis en place. L’équipe CNESER de la FAGE restera vigilante au déroulement et l’évolution que prendra la PACES sur ces deux années à venir et au delà. Je reste malgré tout persuadé que l’action initialement débutée avec la PACES, d’une démarche d’inter-professionnalité est un axe fort à développer et renforcer, devant s’inscrire dans une réelle démarche de mutualisation et de transversalité des enseignements dont les étudiant.e.s en santé peuvent bénéficier.»

Mathilde, étudiante en langues à l'Université d'Avignon

"Comme tout espace sociétal, l’Enseignement Supérieur et la Recherche ne sont pas épargnés par les discriminations. Pourtant, l’accès aux études supérieures doit faire fi des différences et permettre à chacun et chacune d’atteindre l'émancipation intellectuelle qu’il ou elle vise. La richesse apportée par la diversité et la mixité d’individus réunis dans une même communauté universitaire est celle que nous souhaitons promouvoir dans la société que nous imaginons. Nous veillerons rigoureusement au respect des droits de tous, et à la prise en charge de chaque individu dans ses spécificités et agirons dans l’objectif de faire des différences une force et d’ainsi façonner l’ESR comme l’incubateur d’une société qui prend en compte la multiplicité de parcours dans sa conception de la collectivité."

Grégoire, doctorant à l'Université d'Artois

"Le développement d’une politique de recherche européenne facilite la mobilité des doctorants et des chercheurs, ce qui est une plus-value dans la formation de ces derniers. Le programme européen « Horizon 2020 » soutient la mobilité dans le cadre des actions Marie Sklodowska-Curie par la mise en place d’un réseau de formation innovante, par des échanges de personnels et d’innovation, par des bourses d’échanges internationaux, par des co-financements de doctorat ou de post-doctorats. Fidèle à ses valeurs européennes, la FAGE défendra une politique de recherche qui se donne les moyens de ses ambitions, et qui se tourne vers l’Europe et l’international. L’équipe CNESER veillera à l’atteinte d’objectifs européens, notamment, un budget consacré à la recherche qui atteint 3% du PIB."