La Formation des enseignants

L'Éducation, est reconnue par la Convention Universelle des Droits de l'Homme de 1948 comme un droit. Ce même texte précise que "l'accès aux études supérieur doit être ouvert en pleine égalité à tous en fonction de leur mérite".

Contexte

L'éducation "doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales".

La mission éducative relevant des personnels enseignants constitue l'un enjeu capital pour l'avenir de notre pays, et la qualité de la formation qu'ils reçoivent pour les mener à bien, une priorité pour l'État.

Ce que la FAGE propose

La FAGE est soucieuse d'optimiser la qualité de la formation des enseignants en préservant leurs conditions d'études, de permettre à chacun d'y prétendre quelles que soient les ressources financières dont il dispose tout en en préservant les exigences académiques et professionnelles.

Ces propositions ne se limitent pas à la déconstruction de la masterisation mais s'inscrivent dans une démarche beaucoup plus ambitieuse : réformer en profondeur le système actuel de la formation des enseignants, de sorte qu'elle corresponde aux besoins de notre système éducatif et de ses usagers, aux exigences du métier d'enseignant et aux attentes des étudiants.

En bref

  • Mise en place d'entretiens individuels dès la classe de seconde.
  • Création d'un guichet unique de formation à la pédagogie à l'échelle de l'académie : l'Institut de Formation à la Pédagogie (IUFP), composante de l'université, participant également à la formation des doctorants et des enseignants-chercheurs.
  • Organisation d'une initiation aux métiers de l'enseignement dès la 1ère année de licence et de manière plus approfondie en 2ème et 3ème année par la mise en place de parcours spécifiques préparant au métier d'enseignant.
  • Fin de l'obligation de certification en langue pour devenir fonctionnaire stagiaire mais mise en place d'une épreuve de langue vivante étrangère au concours.
  • Organisation d'épreuves classantes ayant l'objectif de hiérarchiser les étudiants pour leurs vœux qu'ils auront à formuler pour leur année de fonctionnaire stagiaire à la fin de la deuxième année de master.
  • Fixer le nombre de places en première année de master pour chaque concours à 110 % des besoins estimés à N+2.
  • Mise en place d'une formation spécifique à l'apprentissage de l'encadrement des personnes en situation de handicap.
  • Lancement d'un réflexion inter-académique sur la répartition sur le territoire des formations "MEF".
  • Positionnement du concours entre le cycle licence et le cycle master, avec un concours national pour chaque discipline et un concours académique pour les professeurs des écoles.
  • Maintien du statut d'étudiant pour ceux suivants une formation initiale au sein des IUFP.
  • Mise en place d'un cadrage national des formations par l'intermédiaire d'un cahier des charges garantissant les droits des étudiants et la qualité de la formation.
Haut de page