Une deuxième année de bilan pour EVAGO, l’outil d’évaluation des AGORAé

L’outil EVAGO a été développé en 2014 dans l’objectif de mesurer les effets du projet sur les étudiants et d’analyser les réponses apportées à leurs besoins. Une première analyse a été réalisée, il s’agit à présent de confirmer ces résultats par une seconde analyse effectuée pendant l’année universitaire 2015-2016.

Cinq ans après l’ouverture de la première AGORAé à Lyon, le réseau compte aujourd’hui 14 AGORAé ouvertes dans toute la France, et bien d’autres en projet. Pour l’année universitaire 2015/2016, les AGORAé ont enregistré un cumul de 1611 bénéficiaires pour le volet épicerie et près 770 personnes se rendaient chaque semaine aux animations organisées dans les différentes AGORAé.

Le projet AGORAé a pris de l’ampleur et va être amené se développer de manière croissante, notamment grâce au soutien récent de La France s’Engage. Pour autant, les AGORAé doivent pouvoir montrer de manière objective les effets positifs sur les bénéficiaires au niveau de leur hygiène de vie, de leur vie sociale et de leur réussite universitaire.

Afin d’apporter des éléments de réponse, l’outil d’évaluation, EVAGO, a été créé collectivement en 2014 avec les porteurs du projet AGORAé et le cabinet ASDO. L’outil se décompose en trois questionnaires renseignés par les bénéficiaires de l’AGORAé lors de leur arrivée à l’AGORAé, puis à la fin de leurs droits et enfin quatre mois après. Il permet ainsi de retracer l’évolution du parcours des étudiants et donc analyser l’aide apportée par l’AGORAé sur le court et moyen terme.

Une première synthèse des résultats EVAGO a été réalisée en 2015 présentant les résultats de l’année pilote.

Les résultats de la 2ème année de bilan pour EVAGO

Cette deuxième analyse a été effectuée à partir des questionnaires EVAGO saisis par les bénéficiaires ayant fréquenté l’AGORAé pendant l’année universitaire 2015/2016.

Elle permet de réaliser une comparaison avec les résultats obtenus suite à l’année pilote et de conforter cette première analyse.

Le profil des bénéficiaires

Reste à vivre moyen

1.8 euros
Le reste à vivre moyen des étudiants bénéficiaires est de 1.8 € par jour et par personne

Profil des bénéficiaires

63 %
des bénéficiaires sont des étudiants internationaux

Parcours de soin

38 %
des bénéficiaires déclarent avoir renoncé à consulter un professionnelle de santé pour des raisons financières

Logement

98 %
des bénéficiaires sont décohabitants et, dans 97% des cas, l'aide des parents ne couvre pas l'ensemble des frais fixes.

Départ en vacances

46 %
46% des bénéficiaires déclarent n'être jamais partis en vacances depuis qu'ils sont étudiants

Alimentation

33 %
2/3 des bénéficiaires sautent au moins un repas par semaine et dans 72% des cas, ces suppressions sont en lien avec leur situation financière

Famille

25 %
des bénéficiaires ont le sentiment de ne pas pouvoir compter sur leur famille

Les impacts de l’AGORAé sur l’hygiène de vie et la réussite universitaire des étudiants

Conditions d'études

89 %
Pour 89% des bénéficiaires interrogés, l'aide apportée par l'AGORAé a eu un impact positif sur leurs conditions d'études

Vie sociale

72 %
Dans 72% des cas, l'AGORAé a dynamisé la vie sociale des bénéficiaires

Régime alimentaire

89 %
des bénéficiaires ont le sentiment d'avoir un régime sain et équilibré à leur sortie du dispositif contre 48% lors de l'arrivée à l'AGORAé

L'aide alimentaire

86 %
des étudiants sollicitent l'aide de l'AGORAé pour la 1ère fois

Situations de privation

66 %
Dans 66% des cas, l'accès à l'épicerie a permis aux étudiants d'éviter les situations de privation, d'accéder à des produits auparavant trop chers et de se sentir moins anxieux vis-à-vis de leurs fins de mois

A la sortie de l'AGORAé

16 %
A leur sortie de l'épicerie, ils ne sont plus que 16% à réduire leurs repas pour des raisons financières

En conclusion, cette seconde étude évaluative a permis de conforter le positionnement des AGORAé : un dispositif par et pour les étudiants qui facilite l’entrée dans le dispositif. Celles-ci touchent le public ciblé : les étudiants en situation de précarité. Enfin, les AGORAé ont un impact réel sur l’équilibrage budgétaire des bénéficiaires et des effets positifs sur leur équilibre alimentaire et leur réussite des études.