Semestrialisation des cursus

Dans le cadre de la mise en place de l'espace européen de l'enseignement supérieur, le processus de Bologne initié en 1999 définit un certain nombre de lignes directrices parmi lesquelles figure le développement de la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs. Principalement pour développer cette mobilité, le décret « LMD » du 8 avril 2002 prévoit que les formations soient organisées en semestres, sans davantage de précision.

Contexte

En France, lors de la réforme LMD (licence - master - doctorat) des cursus universitaires visant à appliquer les principes du processus de Bologne à notre système d'enseignement supérieur, nous n'avons pas réellement assisté à un changement de l'unité de référence. Même si la notion de semestre est apparue, l'unité de référence reste l'année, avec toutefois une organisation en deux périodes de durées très variables.

Pourtant, cette évolution serait bénéfique pour les étudiants, et permettrait de développer une nouvelle façon de penser notre enseignement supérieur, tant sur le plan de la mobilité en France et à l'étranger, que sur celui de l'articulation entre l'apprentissage théorique et l'apprentissage pratique ou encore des réorientations en cours de cursus.

Ce que la FAGE propose

La FAGE propose de mettre en place une véritable semestrialisation pédagogique des cursus, permettant plus de mobilité internationale, un accès plus large aux stages ou aux périodes de développement de compétences telles que les années ou semestre de césure.

En Bref

  • La FAGE propose de donner la possibilité àl'étudiant de partir à différentes périodes de l'année et pour des durées très variables afin de multiplier les possibilités de synchronisation entre universités, facilitant de fait la mobilité intérieure (entre universités françaises) et internationale, sans que cela engendre comme c'est le cas actuellement, une organisation particulière pour ces étudiants qui souhaitent partir en mobilité.
  • Elargir les périodes « classiques » de stages, en les ouvrants au premier semestre de l'année universitaire, et pas seulement sur le second semestre.
  • Permettre aux étudiants, grâce à la semestrialisation, de ne plus s'engager dans des choix «à l'année» mais plutôt par semestre, en leur donnant davantage d'occasions de personnaliser leur cursus, en laissant également la possibilité de faire des années de césures.
  • Développer les possibilités de stages de réorientation en cours d'année
  • La FAGE propose de mettre en place une semestrailisation plus aboutie, avec une période de quatre mois de formation, suivie de deux mois consacrés à la mobilité ou aux stages, rattrapages, etc.
  • La FAGE propose que dans le cadre d'une semestrialisation plus aboutie soit mise en place un système d'inscription par période définie (année ou semestre), où l'étudiant s'inscrit administrativement à l'année, et pédagogiquement à chaque semestre.
  • La FAGE propose, comme pour le statut d'étudiant et les droits à la sécurité sociale, d'utiliser un dispositif annuel par défaut, considérant que les reprises ou interruptions au début des périodes paires sont minoritaires.
Haut de page