Orientation et Information

La place des jeunes dans les récentes mobilisations (contrat première embauche, réformes des retraites, etc.) est la plus grande démonstration de leur inquiétude pour l'avenir collectif. Dans ce contexte, le système d'orientation et d'information des jeunes doit être interrogé. Il s'agit de répondre à des enjeux décisifs : égalité des chances de réussite, lutte contre le déterminisme social, accès à l'information...

Contexte

Chaque année, plusieurs dizaines de milliers de jeunes sortent du système éducatif sans diplôme. Bien que l'insertion professionnelle fasse partie désormais partie des missions principales des universités (depuis la Loi LRU), au même titre que la formation ou la recherche, un jeune sur deux doute que les études garantissent une insertion plus facile dans le monde du travail. La crise a renforcé cette situation déjà inquiétante, en conduisant plus d'un jeune actif sur quatre au chômage et en provoquant un déclassement des jeunes diplômés.

Ce que la FAGE propose

La FAGE préconise le déploiement d'un service public de l'information, de l'orientation et de l'accompagnement des jeunes. Permettre au plus grand nombre de jeunes de s'engager dans un cadre choisi, sans discrimination de sexe et d'origine sociale, est un enjeu auquel l'État doit répondre. Plutôt que le millefeuille actuel de dispositifs (SCUIO, BAIP, ONISEP, etc.), un service public doit être organisé sur tout le territoire. Outre la mission d'orientation active, il s'agit de garantir à tous un égal accès à l'information et un accompagnement notamment en matière de culture, de mobilité, de loisirs et de vie citoyenne.

Cet interlocuteur doit jouer le rôle de mise en réseau et de support aux initiatives, sans tomber dans une logique paternaliste à l'égard des jeunes. Son organisation doit garantir un accueil physique de proximité, sous forme de guichet unique, ainsi qu'une existence dématérialisée, par le biais d'un site internet dédié.