La formation en alternance

Sujet central de la politique de formation en France, l'alternance est plus que jamais d'actualité en cette période de crise. La FAGE se soucie depuis longtemps de cette problématique et en a fait une de ces 10 priorités à l'aube de l'élection de François Hollande à la présidence de la République.

Contexte

De nombreux rapports font état de cette nécessité qui doit être celle du gouvernement de développer les contrats par alternance (Rapport Proglio 2009, rapport de l'IGAS 2010).En répondant à deux interrogations du monde professionnel, le manque de compétences des jeunes et le temps de formation de ceux-ci une fois dans l'entreprise, ils représentent en effet un accès souvent plus sécurisé à l'insertion professionnelle.

L'alternance est une des voie possible en vue d'une approche plus professionnalisante des formations universitaires. Elle permet également de favoriser l'égalité des chances, en proposant à un jeune, quel que soit son niveau de ressources, de bénéficier d'une formation rémunérée jusqu'à Bac+5.

Elle procure également aux universités une source de financement complémentaire, en favorisant la collecte de la taxe d'apprentissage des entreprises accueillant des alternants.

La FAGE attire cependant l'attention sur le mille-feuille administratif qui se cache trop souvent derrière ce type de formation, et qui entraine une dispersion des interlocuteurs et de l'information. La FAGE reste également attentive à la question du statut des alternants, notamment de leurs conditions de rémunération, et de l'accès à l'ensemble de leurs droits.

Ce que la FAGE propose

Aussi, la FAGE propose la création dans chaque université d'un CFA (Centre de Formation en Alternance) chargé de coordonner les activités liées à la formation en alternance ainsi qu'un guichet unique de l'alternance afin de rendre l'offre en alternance plus lisible et plus visible.

La FAGE rappelle en outre l'objectif qui doit prévaloir d'avoir au moins 20 % de l'offre de formation professionnelle disponible en alternance, condition sine qua non dans la procédure d'accréditation.

La FAGE demande que le seuil de 5 % de jeunes de moins de 26 ans en contrat d'alternance dans les entreprises de plus de 250 salariés reste l'objectif à atteindre et que des sanctions soient prises si cela n'est pas respecté.

La FAGE rappelle l'importance des formations en alternance dans le cadre de la collecte de la taxe d'apprentissage par les universités.

La FAGE demande enfin une convergence des règles de rémunération des apprentis.

La FAGE sera attentif à l'ouverture de ce dossier prévu pour la fin de l'année, afin que l'alternance puisse demeurer une véritable chance face à la crise pour les jeunes.

En bref

  • L'alternance est une des voies à la professionnalisation des formations universitaires, et doit être valorisée comme tel.
  • L'alternance permet de favoriser la collecte de la taxe d'apprentissage.
  • Il est nécessaire de rendre plus lisible l'offre de formation en alternance, à travers la création d'un CFA dans chaque université, et la création d'un guichet unique regroupant l'information utile.
  • Le statut de l'alternant doit être pris en compte dans le développement de ce type de formations.
  • La FAGE sera attentif à l'ouverture de ce dossier prévu pour la fin de l'année.
Haut de page