Lancement des États Généraux de l’Emploi des Jeunes

15/03/17

Pour la 3ème année consécutive, la FAGE lancera au Séminaire National des Élus Étudiants, du 23 au 26 mars, un processus de dialogue structuré impliquant l’ensemble de la jeunesse, pour réfléchir, débattre et construire autour de thématiques centrales pour les jeunes.

Inspiré du dialogue structuré européen qui a permis une véritable co-construction des politiques de jeunesse de l’Union Européenne, les États Généraux de la FAGE ont su amener des milliers d’étudiants et de jeunes à réfléchir ensemble aux politiques publiques nécessaires pour penser l’avenir. Après les États Généraux de la Pédagogie, qui ont permis de penser de nouvelles manières de réussir à l’université, les États Généraux de la Démocratisation, qui ont su mettre à l’agenda les questions d’orientation et d’accès à l’enseignement supérieur, les États Généraux de l’Emploi des Jeunes partent d’un constat fort : une urgence jeunesse face au chômage massif des jeunes.

A un mois des élections présidentielles : urgence jeunesse !

« Les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012 », c’est par ce voeu que François Hollande a souhaité, dès son élection, que l’on juge le bilan de son action et de celle de sa majorité. Alors que le quinquennat s’achève et que l’élection présidentielle à venir est plus incertaine que jamais, l’heure est au bilan et à la prospective.

Avec un chômage total de près de 25 %, les jeunes constituent la catégorie de la population la plus touchée par les difficultés d’accès à l’emploi durable. Frappés de plein fouet par la précarité généralisée et par les discriminations persistantes sur le marché du travail, les jeunes ne bénéficient pas de protection sociale adaptée, ni des minimas sociaux accessibles au reste de la population, et subissent de ce fait une double peine à leur entrée dans le monde socio-économique. L’accès à un emploi durable et digne constitue pourtant une condition sine qua non de l’accès des jeunes à l’autonomie, aujourd’hui sans cesse retardée.

L’action du quinquennat de François Hollande a pourtant apporté de nombreuses avancées que la FAGE a su revendiquer et accompagner : universalisation de la Garantie Jeune, création du Compte Personnel d’Activité, Prime d’Activité accessible aux jeunes, reconnaissance des compétences personnelles, etc. Malgré cela, l’action des différents gouvernement apparaît insuffisante, de par leur échec à provoquer un changement de paradigme en matière de politiques publiques à destination des jeunes : manquant d’ambition, illisible de par son accumulation de dispositifs spécifiques et incapables de mener une véritable politique jeunesse interministérielle associant les partenaires sociaux, les gouvernements successifs depuis 15 ans ont échoué sur le front de l’emploi et de l’orientation des jeunes.

Pourtant, la situation se dégrade, politiques après politiques : se voyant refuser une citoyenneté sociale et économique pleine et entière de par ce fait, les jeunes connaissent des difficultés croissantes dans l’accès à l’autonomie, et à l’émancipation. Pire encore, considérés comme des citoyens de seconde zone dans la société et dans le monde socio-économique, les jeunes se détournent massivement de la politique, incapable de leur proposer des réponses durables et structurelles.

A un mois du premier tour des élections présidentielles, la FAGE tire la sonnette d’alarme : la priorité jeunesse ne suffit plus, il temps de déclarer une urgence jeunesse.

Un lancement officiel lors du Séminaire National des Élus Étudiants

C’est lors du 13e Séminaire National des Élus Étudiants que la FAGE lancera officiellement son 3e cycle de dialogue structuré, pour travailler jusqu’en septembre 2017, à penser autrement la question de l’emploi des jeunes. Ce cycle de rencontres, de débats, d’échanges et de réflexion sera ouvert lors du SNEE par un colloque : “ 2017-2022 : 5 ans pour lutter contre le chômage des jeunes ? ”, avec l’intervention de la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT), la Confédération Générale du Travail (CGT), l’Institut Montaigne, le Mouvement des Entrepreneurs de France (MEDEF) et l’Union Nationale des Missions Locales (UNML). De tous horizons, les intervenants et les participants pourront ainsi échanger autour des attentes des jeunes en matière d’emploi, de formation, d’accompagnement et de protection sociale à l’heure du temps démocratique que constituent les élections présidentielles et législatives.

Les 250 participants du Séminaire pourront ensuite démarrer leur travail de réflexion dans 8 ateliers qui prépareront les réflexions des prochains mois :

  1. Formation et compétence : comment lire les diplômes sur le marché du travail ?

  2. Compétences non-cognitives et savoir-êtres : quelles places pour les apprentissages non-formels ?

  3. Orientation tout au long de la vie et accompagnement vers l’emploi : comment repenser le service public d'orientation et d’accompagnement ?

  4. Santé, logement, mobilité : lutter contre les freins périphériques à l'emploi

  5. L'entrepreneuriat, une nouvelle forme d'activité chez les jeunes

  6. Apprentissage et alternance : vers une refondation de l'enseignement professionnel ?

  7. Quelle protection sociale face au décrochage et aux parcours fractionnés ?

  8. Vers un droit à la formation tout au long de la vie : briser la barrière entre formation initiale et continue


C’est à la suite de ces ateliers que le Président de la FAGE officialisera le lancement des États Généraux de l’Emploi des Jeunes.